Le blog de Liliane Held-Khawam:Le passeport sanitaire enterre le passeport national et nous propulse dans l’ère de l’empire numérique. Bizarrerie française incluse-article censuré et récupéré

Le blog de Liliane Held-Khawam

« Après avoir usé et abusé d’un faux libéralisme, la réorganisation sociétale semble promettre de ressusciter le modèle soviétique, au profit de privés cette fois. » Coup d’Etat planétaire

Le passeport sanitaire enterre le passeport national et nous propulse dans l’ère de l’empire numérique. Bizarrerie française incluse.

Aller au contenu principal

par LHK

Le passeport sanitaire enterre le passeport national et nous propulse dans l’ère de l’empire numérique. Bizarrerie française incluse.

Le PASS est une identité numérique qui ne dit pas son nom!

Nous écrivions en mai 2021 que pour que notre environnement ultra-connecté ait un sens et pour que le modèle global puisse aller jusqu’à intégrer la vie intime des citoyens, il est nécessaire que chacun soit répertorié par une identification digitale officielle. Nous pouvons même imaginer que la signature authentifiée par l’ADN sera requise tôt ou tard. Toute la technologie de la blockchain repose dessus, et la Berne fédérale n’a pas l’intention de faire marche arrière. Il faut que les tenants du pouvoir arrivent à faire muter l’identité classique suisse en identité numérique universelle.

Toutefois, cette chose ne concerne pas que la Suisse. Le passeport sanitaire, appelé green pass, a vocation à devenir un passeport universel pour un Etat-entreprise unique,financier et global.

https://lilianeheldkhawam.com/2021/03/05/un-passeport-vert-pour-un-etat-mondial-numerise/

ID2020

Le pass sanitaire est l’équivalent d’une pièce d’identité numérique fournie par les GAFAM sur la base des 10 commandements de la nouvelle religion de la technofinance.

https://id2020.org/alliance

Les 10 points du Manifeste de l’Alliance du business… Publié en 2018

La capacité de prouver son identité est un droit humain fondamental et universel.

Nous vivons à l’ère du numérique. Les individus ont besoin d’un moyen fiable et vérifiable de prouver qui ils sont, à la fois dans le monde physique et en ligne.

Plus d’un milliard de personnes dans le monde sont incapables de prouver leur identité par des moyens reconnus. En tant que tels, ils ne bénéficient pas de la protection de la loi et sont incapables d’accéder aux services de base, de participer en tant que citoyen ou électeur, ou d’effectuer des transactions dans l’économie moderne. La plupart des personnes touchées sont des enfants et des adolescents, et beaucoup sont des réfugiés, des déplacés forcés ou des apatrides.

Pour certains, y compris les réfugiés, les apatrides et d’autres groupes marginalisés, il n’est pas possible de se fier aux systèmes d’identification nationaux. Cela peut être dû à l’exclusion, à l’inaccessibilité ou au risque, ou parce que les informations d’identification qu’ils détiennent ne sont pas largement reconnues. Bien que nous soutenions les efforts visant à élargir l’accès aux programmes d’identité nationale, nous pensons qu’il est impératif de compléter ces efforts en offrant une alternative aux personnes n’ayant pas un accès sûr et fiable aux systèmes étatiques.

Nous pensons que les individus doivent avoir le contrôle de leur propre identité numérique, y compris la manière dont les données personnelles sont collectées, utilisées et partagées. Chacun doit pouvoir affirmer son identité au-delà des frontières institutionnelles et nationales, et dans le temps. La confidentialité, la portabilité et la persistance sont nécessaires pour que l’identité numérique habilite et protège de manière significative les individus.

L’identité numérique comporte des risques importants si elle n’est pas soigneusement conçue et mise en œuvre avec soin. Nous ne sous-estimons pas les risques d’utilisation abusive et d’abus de données, en particulier lorsque les systèmes d’identité numérique sont conçus comme de grandes bases de données centralisées.

La conception technique peut atténuer certains des risques liés à l’identité numérique. Les technologies émergentes, par exemple les systèmes décentralisés sécurisés du point de vue cryptographique, pourraient offrir une meilleure protection de la vie privée aux utilisateurs, tout en permettant la portabilité et la vérifiabilité. Mais un large accord sur les principes, les modèles de conception technique et les normes d’interopérabilité est nécessaire pour que les identités numériques décentralisées soient dignes de confiance et reconnues.

Ce « meilleur » modèle d’identité numérique n’émergera pas spontanément. Pour que les identités numériques soient largement reconnues et reconnues, nous avons besoin d’une collaboration soutenue et transparente alignée autour de ces principes partagés, ainsi que de cadres réglementaires et politiques à l’appui.

Les partenaires de l’Alliance ID2020 définissent conjointement les exigences fonctionnelles, influençant le cours de l’innovation technique et ouvrant la voie à l’interopérabilité technique, et donc à la confiance et à la reconnaissance.

L’Alliance ID2020 reconnaît que la mise à l’échelle de ces idées nécessite une solide base de données probantes, qui éclairera le plaidoyer et les politiques. En tant que tels, les projets pilotes soutenus par l’Alliance ID2020 sont conçus autour d’un cadre commun de suivi et d’évaluation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s