Lockdown sceptics:Don’t Panic, Mr Mainwaring-et varia

Don’t Panic, Mr Mainwaring

Leon Neal/Getty Images

Yesterday saw another Downing Street press conference, with more depressing news. The Telegraph has the story.

The new Covid variant may be deadlier than the original strain, Boris Johnson warned on Friday night, with scientific analysis for the Government suggesting the strain could kill 30% more infected people. 

Mr Johnson was told on Friday morning that the first major study of the mutation – which emerged in Kent last month – had found evidence that it is more lethal as well as being up to 70% more infectious.   

The Prime Minister faced questions about whether the lockdown could now last longer and said he could not consider lifting the restrictions while infections remained “forbiddingly high”…

Although Sir Patrick Vallance, the Chief Scientific adviser, and Prof Whitty stressed that there was a lot of uncertainty about the emerging research, initial analysis by three universities suggested the new Covid variant could kill between 30 and 91% more infected people than the original strain.

The Department of Health’s committee on New and Emerging Respiratory Virus Threats (NERVTAG) analysed the data and reported that the Kent variant is likely to kill 1.3% of those who get it, compared with one per cent for the original strain.  

The news of increased mortality was based on the conclusions of a Nervtag meeting, and as ever, it made its way to journalists ahead of the afternoon’s conference. Robert Peston had a briefing from Neil Ferguson which earned him a sharp rebuke from Deborah Cohen:

I don’t often do this… but this is irresponsible. We should be able to see the evidence and the analyses so we fully understand any potential limitations or confounders. Science by briefing has become an unfortunate part of this pandemic and it’s not helpful.

Deborah Cohen, Twitter

Naturally, any concern that the new strain is more deadly deserves to be taken seriously, but it soon emerged, with the release of the NERVTAG paper, that the evidence is rather thin. MailOnline reports:

A SAGE warning revealing that scientists are only 50% sure the Kent strain of coronavirus could be more deadly was handed to ministers just hours before last night’s ‘scare-mongering’ press conference, it has been revealed.

Ministers were only informed about the development yesterday morning after scientists on the New and Emerging Respiratory Virus Threats Advisory Group (NERVTAG), a subcommittee of Sage, discussed the issue on Thursday.

The group concluded there was a “realistic possibility” that the variant resulted in an increased risk of death when compared with the original strain.

Evidence for increased mortality remains thin – NERVTAG papers reveal that the term “realistic possibility” is used when scientists are only 40 to 50% confident something is true.

But the decision to reveal the new information just hours after learning of the development is a yardstick of how alarmed ministers are.

It came after some critics accused ministers of “scaremongering” by announcing their fears the Kent strain is more deadly at short notice and while admitting in a press conference yesterday that the evidence that it is more deadly is still “weak”…

The report continues:

The SAGE paper released last night after being handed to ministers cited three studies of the risk of death associated with the new strain:

A London School of Hygiene and Tropical Medicine study that said the hazard of death within 28 days of test for the mutant strain compared with non-mutant strains was 1.35 times higher. This was based on a study of 2,583 deaths among 1.2 million tested individuals;

An Imperial College London study of the Case Fatality Rate of the new mutant strain that found the risk of death was 1.36 times higher. This study looked at all cases of new variant but the total number was not revealed in the papers;

A University of Exeter study that suggested the risk of death could be 1.91 times higher. The papers provided no additional background on the number of deaths looked at during the study.

But the SAGE scientists admit that there are problems with the data of each study meaning they are only 50% sure that the new mutant strain carries a higher risk of death. These include the fact that:

Analysis is based on just 8% of the total deaths occurring during the study period;

Age-matched analysis might be comparing frail elderly people in nursing home outbreaks of the Kent variant, which is more transmissible, with healthier elderly people infected with other strains in the community;

An increase in the severity of infection with the variant would likely lead to an increased risk of hospitalisation, which there is currently no evidence of in individuals suffering from the strain;

Analysis has not identified an increased risk of death in hospitalised cases of the variant.

However, the long time lag from infection to hospitalisation means there isn’t a huge amount of data available on the variant, with NERVTAG saying analyses will become more definitive over the coming weeks. 

Worth reading in full.

The NERVTAG paper is available here. This is what the Twitter account Covid Fact Check had to say about it:

I’d urge you to read this and make up your own mind. But I’ll point out that a) “Realistic possibility” equates to <50% probability; b) the dataset’s very limited (only 8% of deaths in the period) and c) there’s “no evidence” of increased hospitalisation risk with this variant

Covid Fact Check UK, Twitter

Stop Press: The senior financial journalist who occasionally contributes to Lockdown Sceptics has passed on a sharp observation.

For all the hullabaloo about new Kent variant being 30% more deadly, I saw Professor Lockdown quoted in the Telegraph.

“Prof Neil Ferguson, who sits on the Government’s NERVTAG advisory committee, said the latest evidence from university researchers suggests around 30% more people die of the new variant of Covid – but the data is patchy.

‘It is a realistic possibility that the new UK variant increases the risk of death, but there is considerable remaining uncertainty. Four groups – Imperial, LSHTM, PHE and Exeter – have looked at the relationship between people testing positive for the variant vs old strains and the risk of death,’ he told ITV. ‘That suggests a 1.3-fold increased risk of death. So for 60 year-olds, 13 in 1000 might die compared with 10 in 1000 for old strains.’”

This seemed a bit low compared to what Ferguson was saying last March. So I looked up the notorious paper which cites an IFR of 2.2% for 60-69, 5.1% for 70-79, and 9.3% for 80+. A simple average of the estimates comes to 5.5% (a weighted average I imagine would be 3-4%). 

Anyway I suspect that after scaring the country into lockdown Ferguson has been quietly adjusting his model. After all, we always knew he had form for making extravagant forecasts.

Stop Press 2: In an interview with Spiegel, epidemiologist Christian Drosten details his concerns about the “British variant”, and says that he is worried about the Summer.

Advertising Standards Authority Forces Cabinet Office to Withdraw Fear Porn

A man jogs in Camden, north London, during the ongoing coronavirus lockdown. He probably does not have Covid. CREDIT: AP/Matt Dunham 

The Telegraph reports that a controversial COVID-19 ad stating that joggers are highly likely to have COVID-19 is to be discontinued following an intervention by the Advertising Standards Authority:

A Government advert that says joggers and dog-walkers are “highly likely” to have Covid is to be discontinued after the regulator said there was no evidence to support the claim. 

The Telegraph can reveal that the Cabinet Office has also agreed not to repeat the claim made in the 30-second radio ad – which also warns that “people will die” if individuals “bend the rules” – after being contacted by the Advertising Standards Authority (ASA).

The taxpayer-funded advert was condemned by MPs and public health experts for spreading “false information” and risking “scaring” people into physical inactivity during the third national lockdown.

The ASA said it had received complaints and would “assess those carefully to establish whether there are any grounds for further action”.

A spokesman said: “We have contacted the Cabinet Office with the concerns that have been raised about its claim, in a radio ad, that it is “highly likely” that individuals such as joggers and dog-walkers have COVID-19.

“Our rules require that advertisers hold robust documentary evidence to prove claims that are capable of substantiation. We have received an assurance from the Cabinet Office that the ad will be discontinued by early next week and the claim about individuals being highly likely to have COVID-19 will not be repeated.

“On that basis, as the Cabinet Office has worked with us to swiftly address and resolve this matter without the need for formal investigation, we consider the matter closed.”

The ASA said it was also assessing complaints about a similar ad about supermarket trolleys, as well as a poster about takeaway coffee headlined “Don’t Let a Coffee Cost Lives”, but had yet to contact the Government about those.

According to the most recent official data, one in 50 people in England was estimated to have Covid between December 27th and January 2nd, rising to one in 30 in London, which would mean individuals are unlikely – rather than highly likely – to have the virus.

Under ASA rules, adverts must be “legal, decent, honest and truthful”.

Worth reading in full.

Stop Press: If you’ve spotted any Government adverts about the virus you think are a bit dodgy, the Advertising Standards Authority has an online form through which it receives complaints about misleading, harmful or irresponsible claims about the current COVID-19 situation.

Stop Press 2: A new Covid advert is being launched. Designed to appeal to a sense of personal responsibility, and featuring numerous close-ups of Covid sufferers and frontline health workers, the advert ends with the line: “Look them in the eyes and tell them you’re doing all you can to stop the spread of COVID-19. Stay home, protect the NHS, save lives.” This campaign might be more effective if the NHS had been more successful at preventing in-hospital infections.

Declining Case Numbers

HSJ reports good news in its update for January 22nd:

The number of Covid positive patients in English hospitals has fallen by 1,101 over the last three days, strongly suggesting that the third wave which has been overwhelming parts of the NHS has peaked.

The national figure for Covid hospital patients has now fallen for three consecutive days since the third wave started numbers climbing on December 4th.

As many as 33,325 Covid inpatients were reported yesterday, a decline of three per cent on the January 18th figure. The fall was driven by a 565-patient reduction in London and one of 460 in the south east, as well as the lack of any substantive growth elsewhere to offset that figure.

London is now 7% down on its peak figure, recorded on Jan 18th, while the south east now has 10% fewer covid inpatients than its peak on Jan 13th. The east region, whose decline has been bumpier, has 5% fewer patients than its peak, also on Jan 13th.

The running seven-day total of admissions of Covid patients in these three areas has now fallen for at least seven consecutive days to January 19th (the latest data available). The south east is at 81% of its peak, London 84 and the east 87.

Elsewhere in the country, Covid patient hospital numbers are marked by a slowing in growth.

The North West, North East and Yorkshire and Midlands all saw their figures grow 10% in the last week, while the south west jumped nine per cent. On January 14th, the corresponding growth rates were 26, 18, 28 and 37%. This change is reflected in small rises or gains in the rolling admissions data.

Meanwhile, responding to the REACT report which suggested increasing infection rates, Tim Spector said that his ZOE app data showed a more positive picture, and suggested infections peaked on January 1st:

Our data from the #ZOE app study shows a different picture – We see halving new cases since the peak on 1st Jan falling across the UK with an R of 0.8 . The #React study paused for a month in dec (unlike ours) so likely missed the peak so IMO trends unreliable this time.

Tim Spector, Twitter

Yesterday’s update from the ONS infection survey appears to support a similar conclusion: infections peaked on January 1st. This is not the first time a national lockdown was imposed after the peak in cases:

And there it is, the hat trick! 3 lockdowns, each one implemented AFTER the peak in cases

Harrison Engler, Twitter

Why are BAME People More Reluctant than Whites to Have the Vaccine?

Today we publish a guest post by Lockdown Sceptics reader Kit Stocke-Finucane

I’m reluctant to use the term ‘BAME’ not least because there are massive differences within the groups identified by the term, but for the purpose of this note to you I’ll use it. 

You may recall a piece Lockdown Sceptics ran in November. In discussing the role of vitamin D in preventing COVID-19, Dr Grimes (et al.) devotes a paragraph to the link between higher levels of melanin in the skin and vitamin D deficiency. But his Twitter feed goes much further and his presentation here on the Amish Inquisition podcast a few days ago goes further still.   

In his presentation, Dr Grimes explains that early on in the pandemic he and his colleagues identified at-risk doctors and got vitamin D distributed to them.  He highlights the sharp drop in numbers of BAME doctors dying from COVID-19 after their initiative.  

News-wise, there was quite a bit of coverage back in the spring given to the fact that more, relatively speaking, BAME doctors die (and at a younger age) than their white counterparts. Then there was nothing, until summer when we have failures in Government to push for the protection of BAME pharmacists. 

In June, in an excellent letter, a reader of Lockdown Sceptics expressed scepticism at historic racism being behind higher numbers. He ruled out socio-economic factors.  He may well be correct, but the Government and healthcare bodies, it seems, recognise sections of the population in the manner it sees fit and when it suits. Because after recognising the problem for BAME people, then letting the whole thing drop very soon after, it is now the case that BAME people are singled out for their non-compliance with vaccine orthodoxy: only 55% of the Asian community would take up the vaccine, they say. It appears BAME people are not only undeserving of vitamin D, research in to genetic predisposition and blood groups, or risk-assessments. In addition, we’re now told they lack mental capacity because it is all down to fake news and WhatsApp, apparently, and not because they’ve been condescended to throughout the pandemic, or because of a healthy, informed reserve about a rushed-out vaccine posited as the only way out. 

There’s a budget in news stations for this reporting on BAME, there’s a budget in Government to push out the vaccine over other measures for BAME, but no budget for vitamin D or further research to actually protect the lives that are supposed to ‘matter’ so much as to have an expensive fist in fireworks representing them on New Year’s Eve. You can understand why some people coming under the banner BAME get royally hacked off, can’t you?

How Persuasive is the Latest Pro-Masking Study?

Lockdown Sceptics reader Dr Rachel Mann, has drawn our attention to a study published in the Proceedings of the Royal Society that modelled differing aerosols emitted while talking and coughing, and found “time-of-flight to reach two metres is only a few seconds resulting in a viral dose above the minimum required for infection, implying that physical distancing in the absence of ventilation is not sufficient to provide safety for long exposure times“. The study was also reported in the Guardian.

She writes:

Masks were not evaluated in the study, yet the first study recommendation in the conclusions section was “standing two metres opposite an infected speaker is not safe without the use of a protective mask or respirator”.

Needless to say, this drew my incredulity at such a leap of apparent ‘science’. I emailed the lead and corresponding author and received a response, and quite naturally I have responded again.

In the face of inconclusive evidence of the protective effects of face masks in general population community settings, it’s frustrating that the study authors still seem to feel completely justified in recommending face masks.

Dr Mann emailed the study’s lead author, Dr P.M. de Oliveira as follows:

Dear Sir,

I was most interested to read the paper published today January 20th 2021, by you and your colleagues in The Royal Societyregarding the evolution of spray and aerosol from respiratory releases and also reported in the Guardian newspaper this same day. I was delighted to find that your work supports the same conclusion as Fenelly (2020) regarding transmission via aerosol of viruses such as SARS-Cov-2 and other common influenza and coronaviruses rather than the respiratory droplet, which is incredibly important in advancing the body of knowledge with regard to virus transmission, particularly in the current climate of masks, lockdowns and social distancing. However, I wish to draw your attention to the issue of masks, which you mention in your recommendations in the conclusion section in relation to the recent study by Xi et al published in Physics in Fluid in December 2020.

With regard to your recommendation statement in your paper regarding masks and respirators and the statement in the Guardian newspaper that masks should be worn (“We need masks…..”), I wish to draw your attention to the following in the hope that you will clarify your position on the use of surgical masks (if these were indeed to what you were referring to in both the paper and the Guardian news article) as a protection against aerosol transmission.

As you state in your abstract, the size of the majority of aerosol particles are ≈5 to 10 micrometres, the study by Xi et al found a typical 3-layer surgical mask or a zero filtration mask (e.g cloth mask) does not prevent inhalation of aerosol virus particles ≤3 micrometres in size, which is equivalent to ≤3000 nanometres in size. As the size of SARS-Cov-2 virus particles are approximately only 100 nanometres, use of surgical face masks cannot protect an individual from inhaling SARS-Cov-2 virus and therefore, it is unlikely that masks protect the wearer against aerosol infection from SARS-Cov-2. Worryingly, zero filtration (cloth) masks were found to increase deposits of SARS-Cov-2 virus on the face and upper airway. Indeed, the study by Xi et al also reported that when wearing a surgical mask, air enters the mouth and nose through the entire surface of the mask at lower speeds, which favours the inhalation of ambient aerosols into the nose as well as their subsequent deposition in the upper airway.

Given that the Xi et al study was conducted as a tightly controlled experiment and the mask “etiquette” of the general population is sub-optimal at best, it is almost impossible to conclude that surgical masks, particularly ‘trendy’, patterned zero filtration cloth masks, are likely to have a significant benefit in preventing transmission in general population community settings e.g supermarkets and other indoor spaces. Given the size of the SARs-Cov-2 virus, I do feel that it is important in this climate, especially where we have unadulterated social media shaming and blaming of those that cannot wear a surgical mask for disability/health reasons to clarify what you mean by masks. Given that most individuals will likely attribute your use of the term “mask” to mean the common-or-garden ubiquitous blue surgical masks or cloth masks currently seen on every street in the UK (the type as tested by Xi et al), I fear that you should have clarified that at levels of less than three micrometres that surgical masks are likely to be ineffective. In hindsight, it would have been more useful to explain what you mean in your recommendations by using “masks and respirators” (to which masks and respirators are you referring?) and in which context they might be most beneficial. I hope that you will consider clarification, especially in the mainstream press.

I look forward to your response.

Dr P.M. de Oliveira responded:

Dear Dr Mann,

Many thanks for reaching out on such an important issue and for your interest in our paper.

I am dealing with a large volume of emails and, therefore, apologise that my answer for now will be brief. 

As widely accepted in the community, scientists expect that virus exhaled is in a wide range of droplet sizes, from hundreds of nanometres to the millimetre size. We know that large droplets quickly fall on the floor due to gravity. From the point of view of transport of the small droplets in air currents, for example, various studies highlight that droplets of up to 100 micrometres could be carried. The debate around the definition of aerosol is, therefore, very important at the moment. It is currently defined as 5-10 micrometres by health agencies, but as I said, most scientists seem to agree this definition needs to be revised. We discuss this in the introduction of the paper.

Now, it has been shown by a number of experiments both in preprint and published papers that even multi-layered cotton masks *may* have some effect in blocking both the emission and inhalation of aerosol. If you refer to the results section of my paper, you will find that because large droplets of the aerosol “carry most of the respiratory liquid exhaled”, they will also, most likely, carry most of the virus exhaled. Hence, even though masks that cannot filter particles at the size of the virus (not as good as FPP2/FPP3, for example), they might still be able to block the dry saliva particles, or aerosols, of sizes in the range of 5-100 nm. I refer you to the work of Professor Catherine Noakes and Professor Linsey Marr, among various other academics, who have and are currently investigating filtration efficiency of masks

I hope to be able to reply to your question in the coming days with more detail.

With best wishes,

To which our reader, Dr Rachel Mann replied:

Dear Pedro,

I note in your conclusions section of your paper that you categorically and unequivocally state “Standing 2 metres opposite an infected speaker is not safe without the use of a protective mask or respirator”

However, in your email response, you state “masks *may* have some effect in blocking both the emission and inhalation of aerosol” and “they *might* still be able to block the dry saliva particles, or aerosols”.

I refer you again to the study by Xi et al.

Whilst I appreciate your response, the use of “may” and “might” does not warrant your study conclusion with regard to mask use.

As a source of protection for primary exposure and secondary transmission the evidence of mask use in general population community settings is inconclusive, with RCT results showing a slight to modest non statistically significant protective effect; study designs at risk of significant bias, imprecision and inconsistency tend toward more beneficial protective effects but are generally not statistically significant.

https://www.eurosurveillance.org/content/10.2807/1560-7917.ES.2020.25.49.2000725?crawler=true

https://bmjopen.bmj.com/content/6/12/e012330

https://www.acpjournals.org/doi/10.7326/m20-6817

As per above, I do not believe that current inconclusive evidence of mask use in community settings warrants your conclusion.

Regards
Rachel

Stop Press: Mask rules appear to be tightening across Europe, following outgoing Chancellor Angela Merkel’s announcement on Tuesday of a new measure mandating that people wear surgical masks or higher-specification N95 or FFP-2 devices rather than simply donning cloth face coverings. The French Government is now recommending that people wear surgical masks in public and scientists in the UK are giving similar advice. The Lufthansa Group has also just announced that it is banning the use of cloth masks on flights from February 1st, with passengers now required to wear “either a surgical mask or an FFP2 mask or mask with the KN95/N95 standard”

Stop Press 2: The Evening Standard reports that London Mayor Sadiq Kahn has called for tougher rules on wearing face coverings outside. They are need, he said, “where people are ‘cheek by jowl’ in outdoor locations”. He has also revealed concerns at the number of Londoners in public places because the lockdown rules were not tight enough and has apparently stopped walking his dog in the park because it so busy.

Weimar Court: Germany’s Lockdown Restrictions Are Unconstitutional

The Weimar District Court

A ruling just published by the Weimar District Court has found that the Government’s social distancing rules are incompatible with the country’s constitution. Moreover, through forensic analysis of official, the ruling asserts that the epidemic situation used to justify the law no longer exists. The case concerned a birthday party with too many guests. 2020news has the story, and we must thank Northumbrian Nomad for the prompt and accurate translation he or she let in the comments yesterday.

A district judge in Weimar has acquitted a man ordered to pay a fine for breaching the Covid contact ban by celebrating his birthday with at least seven other participants from a total of eight households – six guests too many, according to the Thuringia Covid regulation. The judge’s verdict is damning: the Covid regulation is in breach of the constitution and can be appealed against in material law. 

This is the first time a judge has engaged intensively with the medical facts, economic consequences and effects of specific policies. 

Part of the Rechtstaat Principle, the principle of the state acting in accordance with the rule of law, is the imperative of precision in legislation. Laws cannot simply impose across-the-board regulations, thereby affording authorities licence to act according to whim, which would amount to arbitrary rule. According to the Federal Infection Protection Act (IPA), the “relevant authorities” are to impose “the requisite safety measures”. In normal times, this means that spreaders or persons suspected of spreading an infection may be isolated or contaminated areas closed off.

The IPA does not envisage a general ban on contact also extending to healthy people. However – and this is the interpretation made by many administrative courts so far – it may be permissible to go beyond the purview of the IPA in the case of an “unprecedented event” that was so new that the legislator would have been unable to pass the necessary regulations in advance.

The judge rejects this pretext. As early as 2013, the Bundestag had access to a risk analysis conducted with the participation of the Robert Koch Institute, concerning a pandemic caused by a “SARS-type virus”, which described a scenario of 7.5 million dead in Germany over a period of three years, and discussed anti-epidemic measures during such a pandemic (Bundestag publication 17/12051). The legislator was therefore able, in regard to such an event that was considered at least “conditionally probable” (occurrence probability class C), to study the provisions of the IPA and if necessary adjust them. This political failure, as a result of which Germany went into the pandemic virtually unprepared – without legal instruments governing control of the virus, without stocks of masks, PPE and medical equipment – cannot now lead to politicians’ simply closing a gap in legislation as they see fit.

Particularly given that an epidemic situation, i.e., the basis for the expansion of the routine infection protection provisions, simply does not exist (or no longer exists). The numbers of those infected and showing symptoms were already falling in the spring. The lockdown thus came late and was generally ineffective.

At no time, therefore, has there been a concrete danger of the health service’s being overwhelmed by a ‘wave’ of COVID-19 patients. As can be seen from the DIVI ICU register newly established on March 17th, 2020, an average of at least 40% ICU beds in Germany were free at all times. In Thuringia, 378 beds were registered occupied on April 3rd, 36 of these with COVID-19 patients. Meanwhile there were 417 beds vacant. On April 16th, two days before the issuance of the regulation, 501 beds were registered occupied, 56 with COVID-19 patients, and 528 beds were vacant… Thuringia registered its highest number of notified COVID-19 patients in spring at 63 (on April 28th). Thus, at no time did the number of COVID-19 patients reach a level that could have justified fears of the healthcare system’s being overwhelmed. 

This estimate of the actual dangers from COVID-19 in the spring of 2020 is confirmed by an evaluation of settlement data from 421 clinics belonging to Initiative Qualitätsmedizin, which found that the number of SARI cases (severe acute respiratory infection) treated as in-patients in Germany in the first half of 2020 was 187,174 – lower than the figure for the first half of 2019 (221,841 cases), even though this figure included those SARI cases caused by COVID. The same analysis showed the numbers of ICU and respirator cases lower in the first half of 2020 than in 2019…

The judgement is powerful:

The judge concluded that there were no “unacceptable gaps in protection” that could have justified recourse to across-the-board regulations. These measures therefore “violate human dignity guaranteed inviolable” in Article 1, Paragraph 1 of the Federal Constitution. This is a devastating accusation against the Federal Government. It is striking how coldly the Weimar judge concluded this months-long discussion:

“A general ban on contacts is a severe intervention in civic rights. It is among the fundamental liberties of the individual in a free society to determine for himself or herself with whom (on presumption of consent) and under what circumstances he or she will make contact. Free encounter among people for all imaginable purposes is also a fundamental basis for society. The obligation of the state here is categorically to refrain from all intervention that purposefully regulates and limits this. Questions of how many people a citizen may invite to his home or how many people a citizen may meet in a public place to go for a walk, play sports, shop or sit on a park bench are categorically of no legitimate interest to the state.”

In imposing a general ban on contact, the state – albeit with good intentions – attacks the foundations of society by imposing physical distance between citizens (‘social distancing’). No one, even in January 2020, could have imagined, in Germany, being prevented by the state on pain of a fine from inviting their parents to their own home without banishing other family members from the house for the time they were there. No one could have imagined being forbidden to sit with three friends on a park bench. Never before in Germany has the state come up with the idea of imposing such measures to counter an epidemic. Even the risk analysis ‘Pandemic caused by SARS-type virus’ (Bundestag publication 17/12051), which described a scenario of 7.5 million dead, does not consider a general ban on contacts (or bans on leaving the home or the general suspension of public life). Apart from the quarantining and segregation of infected individuals, the only anti-epidemic measures it discusses are school closures, the cancellation of mass events and the issue of hygiene recommendations (BT 17/12051, p. 61f).”

Much of the public has now almost come to terms with the new normal. However, as the judge points out, the life that was previously considered ‘normal’ has now been reinterpreted as a crime.

“Although it appears that a shift in values has taken place over the months of the Covid crisis, with the consequence that many people find procedures that were formerly considered absolutely exceptional  more or less ‘normal’ – which of course also alters perspectives on the constitution – there should be no doubt that by imposing a general ban on contacts, the democratic Rechtsstaat has broken what was previously seen as a self-evident taboo. 

“It must also be noted – as an aspect worthy of special consideration – that the state, in imposing its general ban on contacts with the aim of protection against infection, treats every citizen as a potential threat to the health of third parties. If every citizen is seen as a threat from which others must be protected, that citizen is also robbed of the possibility of deciding what risks to take – which is a fundamental freedom. A citizen’s choice of visiting a cafe or a bar in the evening and running the risk of a respiratory infection for the sake of social interaction and pleasure in life, or of exercising caution because she has a weakened immune system and therefore prefers to stay at home, is removed under the provisions of a general ban on contacts.”

The report goes on to detail the judge’s consideration of the collateral damage of lockdown:

The judge also considers the collateral damage of the lockdown rulings, which is now becoming ever more massively apparent.

1. Profit setbacks, losses incurred by businesses, traders and freelance professionals as direct consequences of the restrictions imposed on their liberties; 
2. Profit setbacks, losses incurred by businesses, traders and freelance professionals as indirect consequences of lockdown measures (e.g. losses to suppliers of directly-affected businesses; losses resulting from the breakdown of supply chains leading, for example, to production stops; losses resulting from travel restrictions);
3. Wage and salary losses from curtailed hours or unemployment
4. Bankruptcies and destruction of livelihood
5. Consequential costs of bankruptcies and destruction of livelihood

Northumbrian Nomad’s translation of the report from 2020news report is worth reading in full.

The text of the original verdict is available here.

Lockdown Scepticism: The Case for the Defence

Getty

In a new piece for Spiked-Online writer and freelance journalist Harrison Putt has issued a rallying for lockdown scepticism. Criticism of the Government’s authoritarian policies is as important as ever he says:

Last Sunday’s papers launched what almost seemed like a coordinated attack against people who dare to question the conventional wisdom and, increasingly, the religious tenets of the pro-lockdown mainstream. The Observer invited Conservative MP Neil O’Brien to brand vocal opponents of mandatory house arrest as dangerous loons. Meanwhile, in the Sunday Times Dominic Lawson attacked healthy scepticism of the Government’s efforts to fight the virus, implying such objections were motivated by capricious disregard for the elderly and blind trust of “pet experts”.

Lockdown sceptics like myself, now routinely slandered as ‘Covid-sceptics’, have taken a serious kicking in recent weeks. But we should avoid self-pity, not least because one can already picture how the likes of O’Brien and Lawson would respond: “The sceptical cranks think they’ve had it tough? Someone should give these Covidiots a tour of London’s overwhelmed hospitals, not to mention its morgues.”

They would not be wrong to point to such realities. According to the Office for National Statistics (ONS), the number of deaths in England up to 25th December 2020 was 70,000 more than the five-year average, a rise of 12.3%. While hospitals avoided being overwhelmed during the first wave, they have since come under considerable pressure, especially in London. Still, none of that justifies slandering critics of lockdown as a homogeneous crowd of deluded cranks who reject ‘the science’. Supporters of the Government’s destructive measures would do better to address, with intelligence and good faith, the strongest arguments made by those of us who oppose them.

But the remarkable levels of conformity in parliament and the media mean that O’Brien and Lawson feel no obligation to do so. Instead, bar the occasional good point, they prefer to set fire to a battalion of straw men.

O’Brien has fun combing through predictions made by lockdown sceptics that did not materialise. Toby Young, editor of the Lockdown Sceptics blog, is singled out for saying: “There will be no ‘second spike’ – not now, and not in the autumn either.” Young has since graciously admitted that this summer prediction was mistaken. The same cannot be said for Neil Ferguson’s insistence, a full week after Sweden’s daily deaths actually peaked, that fatalities there would continue to “increase day by day” – not to mention Chris Whitty’s presentation of a graph projecting 49,000 daily UK cases by mid-October (there were actually around 15,000).

Worth reading in full.

Postcard From Paraguay

Today we publish a postcard from a reader in Paraguay. The country won renown for locking down hard and fast after registering its first cases of COVID-19, but it is not likely that they will do so again:

The mental atmosphere in Paraguay at the moment is close to what I had hoped in vain it would be in Britain by now. That is, while there are still some restrictions, life is more or less back as it was the last time I visited in the carefree days of January 2020. People don’t talk much about Covid, they don’t obsess over numbers of cases or deaths, and nobody swerves off the pavement to walk past you. Masks are mandatory both indoors and (since December) outdoors, but compliance outdoors is reassuringly low: under the nose, under the chin and dangling off one ear are all common sights, and away from the city centre and main streets, entirely naked faces are tolerated without comment…

Why didn’t Paraguay re-enter lockdown when cases and deaths started to climb in July? Basically, it couldn’t afford to. Paraguay is still a fairly poor country with only a rudimentary welfare state, a small tax base, many small family-owned businesses (it’s a remarkably un-globalised place) and a large informal economy. After a couple of months of copying the full lockdown policies of vastly wealthier countries, for many Paraguayans it was a choice of returning to productive activity, or collapsing into poverty. Their president and health minister surely wanted to continue with the restrictions, but public pressure to reopen was strong enough to force their concession.

What’s more, everyone I speak to on the topic says the same thing: that Paraguayans won’t accept another lockdown. This may sound like hot air, to be wafted away if and when a fresh spike of infections triggers panic again. But aside from the anti-lockdown force of economic necessity, for the older generations (including my husband), enforced restrictions and curfews are disturbing echoes of the country’s long, brutal military dictatorship under Alfredo Stroessner, which only ended in 1989. The echoes were particularly sharp when members of the armed, balaclava-clad, paramilitary police motorcycle unit Lince (‘Lynx’) published videos of themselves humiliating groups of young men who they had caught breaking lockdown, forcing them to do press-ups, or march and repeat boot-camp chants with their hands on their heads. Public opinion was predictably divided, with the usual contingent pleased that “covidiotas” got what they deserved; but the majority was rightly appalled by the sneering cruelty of the Lince officers.

Furthermore, Paraguayans are quite used to defending their liberty since the country’s return to democracy, with multiple attempted coups and seizures of power coming up against strong, and sometimes bloody, popular protest. Most recently, in 2017, a large group set fire to the building that houses the country’s Congress, in protest against an attempt by the president of the day to pull off a familiar trick in Latin America: circumventing his one-term limit by changing the constitution. He failed.

Worth reading in full.

Dr Clare Craig Rebuts Neil O’Brien’s Smears

Dr Clare Craig, a regular contributor to Lockdown Sceptics has written a stout rebuttal to Neil O’Brien Mp, following his tirade against her on Twitter. It is a defence both of lockdown scepticism and free inquiry, and worth reproducing here in full for readers with the good sense not to be on Twitter.

On Tuesday, @NeilDotObrien accused me of spreading disinformation and gave some specific examples. The vast majority of my tweets were factually correct based on publicly available data. While Mr O’Brien is entitled to disagree with opinions that he thinks are wrong, doing so in this way as a member of the Government (in the Justice Dept) is inappropriate.

During a time like this, when there’s so much at stake, abandoning the central principle in a liberal democracy of using evidence rather than rhetoric to propose and refute ideas is dangerous and self-defeating. Members of the Government have a responsibility to listen carefully to all arguments. They should then try to balance all the available information and make difficult decisions based on their best interpretation of *all* of them.

In his very first tweet @NeilDotObrien calls me a ‘top COVID-sceptic’. I have never denied the existence of Covid. Ever. His tweet is clearly false. Or, to use his phrasing, Mr O’Brien is ‘spreading disinformation’.

@NeilDotObrien is then forced to admit that I said in Oct ‘there is no 2nd wave. Yes there will be real winter cases but it will be a ripple’. I have always said that Covid will return every winter and kill mostly elderly people. Surely, This proves I’m not a ‘COVID-sceptic’?

Some of the tweets I wrote that he shared might have been badly worded and a very small number may have been erroneous in some way. Where they were, I of course take responsibility.

However, I would like to place it on record that I have never denied Covid is a real and nasty illness. The pandemic phase killed many thousands of people.

Among many scientists and doctors including Government ones, I do not have the monopoly on getting things wrong; we all make mistakes and the right response is to learn from them and improve.

The culture of not being allowed to make mistakes is a dangerous one as it effectively impedes progress and any attempt at finding a solution. Scientists advising the Government have made serious errors.

On Jan 8th, I posted that there ‘are no excess deaths’. At the time, the data showed no significant excess deaths when compared to the five-year average. And this was at the time of a major new respiratory virus in its first endemic winter outbreak. Facts are not disinformation.

Since January 8th, new data has been released and it is now true that there is some excess death in the last two weeks. That death rate is not growing exponentially and it is not doubling every 4 days, as it did during the pandemic phase of this disease in Spring.

Legitimate debate is important to advance scientific progress. Attacking those who challenge the scientific orthodoxy is not conducive to a proper debate, is anti-democratic and could lead to errors. If @NeilDotObrien had written a rebuttal of the actual arguments I have put forward I would have accepted that as an important part of a healthy debate. However, he didn’t bother to rebut almost any of my points.

As a result of his tweets, the accusation has been made that my commentary has resulted in spread of the disease and deaths. This claim is false, offensive and deeply inappropriate. It also overestimates my platform and reach. The public have been very compliant with regulations. It treats the public as though they cannot be trusted to engage in discussion and debate in good faith. But public discussion of a major political policy is not an optional extra. It is core to our democracy.

I have never said “the idea health services could be overwhelmed was scaremongering”. This is how @NeilDotObrien represented me:

This is the tweet he used. Evidently, I was explaining how every pneumonia is a nasty disease to have. That is the truth. Posting factually true tweets cannot be spreading disinformation.

Respiratory illnesses in winter bring the NHS to breaking point every single year. As I recall, the purpose of the initial lockdown was to ‘flatten the sombrero’ and allow the NHS to cope with the inevitable country-wide spread of the disease.

What we now have is an *endemic* winter disease with an outbreak that started in September and has resulted in a ‘bad year’ in terms of winter deaths. As a result of lockdown, many thousands of people have died early from reduced ordinary medical care through delays, cancelled services and failure to attend A&E – out of fear. For the NHS annual winter crisis, and this year is no different, COVID has compounded the problem massively because huge numbers of staff are forced to stay at home (partly from false positives) and hospitals are having to try to separate patients into different areas for quarantining purposes.

It is brutal in hospitals right now. My heart goes out to those working in the NHS. Like many thousands of medical staff who are not working for the NHS right now, I volunteered to come back to work in the Spring.

I also stand by this. @NeilDotObrien has not provided information to prove me wrong. The Government could have performed simple experiments to investigate this.

I stand by this. The Government’s pandemic plan estimates a pandemic is likely to last around 15 weeks: Pandemics don’t last over a year. Epidemics become endemic. Endemic viruses can’t spread in an *exponential* way.

@NeilDotObrien quotes me as saying that “there are 18% fewer emergency admissions in Dec 2020 than Dec 2019”. This is a statement of undeniable fact. It is verifiable from the Government’s own published data.

Almost none of Neil O’Brien’s tweets about me offered evidence to prove me wrong. I believe his intention is to deter me and other people from speaking out. I am concerned that a Government representative would behave this way about good faith scientific discussion

Only by welcoming all ideas can we learn. By finding the ones that are right we progress. When people are afraid of sharing their ideas we impede science.

I remain committed to scientific debate and polite discourse and contributing to the analysis of the evidence that is vital to see our country through this crisis.

By attempting to damage my credibility, without offering evidence in his rebuttal, @NeilDotObrien‘s tweets discredit his own position as a member of the Government and a public servant.

I am a qualified diagnostic pathologist and a concerned citizen acting in good faith and pro bono. The allegation that I am ‘spreading disinformation’ is false, unevidenced and insulting. @NeilDotObrien owes me an apology.

Round-up

Theme Tunes Suggested by Readers

Six Today: “Only a Fool Would Say That” by Steely Dan, “No Way Out” by Jefferson Starship, “Money for Nothing” by Dire Straits, “Isolation” by Alter Bridge, “Who Knows Where The Time Goes” by Sandy Denny and “Bubbles in My Beer” by Bob Wills.

Love in the Time of Covid

Warren Beatty and Faye Dunaway as Bonnie and Clyde

We have created some Lockdown Sceptics Forums, including a dating forum called “Love in a Covid Climate” that has attracted a bit of attention. We have a team of moderators in place to remove spam and deal with the trolls, but sometimes it takes a little while so please bear with us. You have to register to use the Forums as well as post comments below the line, but that should just be a one-time thing. Any problems, email the Lockdown Sceptics webmaster Ian Rons here.

Sharing Stories

Some of you have asked how to link to particular stories on Lockdown Sceptics so you can share it. To do that, click on the headline of a particular story and a link symbol will appear on the right-hand side of the headline. Click on the link and the URL of your page will switch to the URL of that particular story. You can then copy that URL and either email it to your friends or post it on social media. Please do share the stories.

Social Media Accounts

You can follow Lockdown Sceptics on our social media accounts which are updated throughout the day. To follow us on Facebook, click here; to follow us on Twitter, click here; to follow us on Instagram, click here; to follow us on Parler, click here; and to follow us on MeWe, click here.

Woke Gobbledegook

We’ve decided to create a permanent slot down here for woke gobbledegook. Today, the news that the three wise monkeys, a Japanese pictorial maxim, have been cancelled by a group of academics at the University of York. The Daily Mail has the details.

They’re a cultural trope that have been used to symbolise the proverbial ‘see no evil, hear no evil, speak no evil’.

But it appears the three wise monkeys have been cancelled after academics at the University of York decided they are an oppressive racial stereotype.

Organisers of a forthcoming art history conference for the university have apologised for using a picture of the monkeys in promotional material and have pulled the image from their website to avoid offence.

“Upon reflection, we strongly believe that our first poster is not appropriate as its iconology promulgates a long-standing legacy of oppression and exploits racist stereotypes,” academics wrote in a statement seen by the Times.

It continued: “We bring this to your attention so that we may be held accountable for our actions and in our privileges do and be better.”

The three monkeys are depicted as having one with its eyes covered, another with its ears covered and another with its mouth covered.

The image became popular in Japan in the 17th century before spreading to the West.

It is associated with the Tendai school of Buddhism where they are perceived as helpers for divine figures.

But a spokeswoman for the University of York said academics were concerned the image could be insulting to ethnic minorities.

“The Japanese symbol of the three wise monkeys was used to represent a postgraduate conference about the sensory experiences of the body, and it also appeared on a document that asked for submission of research papers to the conference on a range of areas, one of which included papers that represented black, indigenous and people of colour,” she said.

“It was considered… that a monkey, which has been used in a derogatory way in the past, could cause offence in this context, despite this not being the intention of the organisers, so the image was removed.”

The image was used on a call for submissions page for the online conference Sensorial Fixations: Orality, Aurality, Opticality and Hapticity.

Experts in Japanese culture last night hit out at any suggestion that the monkeys could be insulting.

Lucia Dolce, who has been studying Japanese Buddhism at the School of Oriental and African studies at the University of London for 20 years, told the Times: “The monkey is a sacred being. They are vehicles of delight.”

Worth reading in full.

Stop Press: The Mail‘s Guy Adams has written an amusing piece about Leicester entitled “The University of Woke“.

Stop Press 2: In his latest piece for Breitbart, James Delingpole takes issue with Boris Johnson’s recent assertion that there is nothing wrong with being woke.

Stop Press 3: A Lockdown Sceptics reader has sent in a new example of the woke language in action.

“Mask Exempt” Lanyards

We’ve created a one-stop shop down here for people who want to obtain a “Mask Exempt” lanyard/card – because wearing a mask causes them “severe distress”, for instance. You can print out and laminate a fairly standard one for free here and the Government has instructions on how to download an official “Mask Exempt” notice to put on your phone here. And if you feel obliged to wear a mask but want to signal your disapproval of having to do so, you can get a “sexy world” mask with the Swedish flag on it here.

Don’t forget to sign the petition on the UK Government’s petitions website calling for an end to mandatory face masks in shops here.

A reader has started a website that contains some useful guidance about how you can claim legal exemption. Another reader has created an Android app which displays “I am exempt from wearing a face mask” on your phone. Only 99p.

If you’re a shop owner and you want to let your customers know you will not be insisting on face masks or asking them what their reasons for exemption are, you can download a friendly sign to stick in your window here.

And here’s an excellent piece about the ineffectiveness of masks by a Roger W. Koops, who has a doctorate in organic chemistry. See also the Swiss Doctor’s thorough review of the scientific evidence here and Prof Carl Heneghan and Dr Tom Jefferson’s Spectator article about the Danish mask study here.

The Great Barrington Declaration

Professor Martin Kulldorff, Professor Sunetra Gupta and Professor Jay Bhattacharya

The Great Barrington Declaration, a petition started by Professor Martin Kulldorff, Professor Sunetra Gupta and Professor Jay Bhattacharya calling for a strategy of “Focused Protection” (protect the elderly and the vulnerable and let everyone else get on with life), was launched in October and the lockdown zealots have been doing their best to discredit it ever since. If you googled it a week after launch, the top hits were three smear pieces from the Guardian, including: “Herd immunity letter signed by fake experts including ‘Dr Johnny Bananas’.” (Freddie Sayers at UnHerd warned us about this the day before it appeared.) On the bright side, Google UK has stopped shadow banning it, so the actual Declaration now tops the search results – and Toby’s Spectator piece about the attempt to suppress it is among the top hits – although discussion of it has been censored by Reddit. The reason the zealots hate it, of course, is that it gives the lie to their claim that “the science” only supports their strategy. These three scientists are every bit as eminent – more eminent – than the pro-lockdown fanatics so expect no let up in the attacks. (Wikipedia has also done a smear job.)

You can find it here. Please sign it. Now over three quarters of a million signatures.

Update: The authors of the GBD have expanded the FAQs to deal with some of the arguments and smears that have been made against their proposal. Worth reading in full.

Update 2: Many of the signatories of the Great Barrington Declaration are involved with new UK anti-lockdown campaign Recovery. Find out more and join here.

Update 3: You can watch Sunetra Gupta set out the case for “Focused Protection” here and Jay Bhattacharya make it here.

Update 4: The three GBD authors plus Prof Carl Heneghan of CEBM have launched a new website collateralglobal.org, “a global repository for research into the collateral effects of the COVID-19 lockdown measures”. Follow Collateral Global on Twitter here. Sign up to the newsletter here.

Judicial Reviews Against the Government

There are now so many legal cases being brought against the Government and its ministers we thought we’d include them all in one place down here.

The Simon Dolan case has now reached the end of the road. The current lead case is the Robin Tilbrook case which challenges whether the Lockdown Regulations are constitutional. You can read about that and contribute here.

Then there’s John’s Campaign which is focused specifically on care homes. Find out more about that here.

There’s the GoodLawProject and Runnymede Trust’s Judicial Review of the Government’s award of lucrative PPE contracts to various private companies. You can find out more about that here and contribute to the crowdfunder here.

And last but not least there was the Free Speech Union‘s challenge to Ofcom over its ‘coronavirus guidance’. A High Court judge refused permission for the FSU’s judicial review on December 9th and the FSU has decided not to appeal the decision because Ofcom has conceded most of the points it was making. Check here for details.

Samaritans

If you are struggling to cope, please call Samaritans for free on 116 123 (UK and ROI), email jo@samaritans.org or visit the Samaritans website to find details of your nearest branch. Samaritans is available round the clock, every single day of the year, providing a safe place for anyone struggling to cope, whoever they are, however they feel, whatever life has done to them.

Shameless Begging Bit

Thanks as always to those of you who made a donation in the past 24 hours to pay for the upkeep of this site. Doing these daily updates is hard work (although we have help from lots of people, mainly in the form of readers sending us stories and links). If you feel like donating, please click here. And if you want to flag up any stories or links we should include in future updates, email us here. (Don’t assume we’ll pick them up in the comments.)

And Finally…

The genius that is Remy of Reason TV, has an entertaining take on the legislators who socially distance themselves from their Covid rul

Horizon off:L’ex-libertaire Michel Onfray et la vaccination obligatoire

L’ex-libertaire Michel Onfray et la vaccination obligatoire

/ Martina Charbonnel

Mieux que tous les discours, toutes les promesses électorales la question : « Êtes vous pour ou contre l’obligation de vaccination contre le Covid ? » montre de quel bois se chauffe le politique, l’intellectuel ou l’expert promu par les médias. C’est la question qui tue.

Difficile de pratiquer le  » en même temps » : « Ce vaccin comporte un risque important mais on doit vacciner tout le monde. » Pas vraiment défendable pour un politique craignant de perdre des électeurs.

Fort heureusement, il reste des intellectuels pour éclairer notre lanterne. Interrogé sur CNews , Michel Onfray décrète que « La défiance envers le vaccin est un recul de la culture qui va avec l’augmentation de l’individualisme».

Sans vouloir entrer ici dans la différence entre les vaccins qui nous ont été injectés pendant notre enfance et celui qui risque d’être choisi utilisant des OGM, il me semble que Michel Onfray est dans la confusion sans doute à cause de ses préjugés. Penser que les personnes qui craignent le vaccin sont complotistes donne à celui qui adopte la position contraire, l’illusion de la rationalité.

Lorsque Michel Onfray met la défiance envers le vaccin sur le compte de l’individualisme, il se trompe. En défendant le principe d’inviolabilité du corps humain sans le consentement éclairé de la personne, les gens qui refusent l’obligation de vaccin ne le font pas seulement pour eux-mêmes. Vouloir préserver l’intégrité physique psychique et spirituelle de l’être humain marque l’attachement à la dignité du genre humain. Refuser de se faire vacciner n’entrave en rien la liberté des gens qui souhaitent l’ être. Si le vaccin est efficace, ils seront protégés.

La seule exception autorisant l’absence de consentement éclairé concerne un acte médical pratiqué en urgence sur une personne inconsciente dans le respect de l’éthique et du serment d’Hippocrate.

Pourquoi le refus d’un vaccin conçu à la hâte et que les gouvernants sont avides d’imposer sous la contrainte répondrait-il à une défiance individualiste ? Et pourquoi serait-ce plus civique de l’accepter en masse ?

Qu’est-ce qui permet à Michel Onfray d’affirmer qu’un tel vaccin apporte une protection à la société ? Les vaccins ont été inventés pour venir à bout de maladies mortelles . Pourquoi vacciner toute une population pour une maladie qui parait-il guérit sans traitement dans 90% des cas ? Pourquoi ne pas prescrire aux plus vulnérables une antibiothérapie dès les premiers symptômes pour éviter les complications ?

Refuser le vaccin contre le Covid ne répond en rien à une démarche individualiste parce qu’il ne faut en attendre aucun confort ni avantage personnel.

C’est un acte de résistance qui demande beaucoup de courage tant les pressions et menaces vont être fortes pour rendre ce vaccin quasi obligatoire : Risque de perdre son emploi, de ne plus avoir accès aux soins lorsque le certificat de vaccin sera exigé, risque de se voir privé de certaines prestations sociales, de ne plus pouvoir voyager, se distraire. Avec en toile de fond un odieux chantage proposant la levée des confinements successifs en échange de la population vaccinée.

Dans certains pays, il est question de privation de droits civiques, de vaccination forcée sous la contrainte physique, voir isolement et internement pour les gens qui refuseraient.

Tout ça pour le bien de l’humanité  ? Si l’individualisme, c’est afficher une telle résistance face à de pareilles menaces, alors vive l’individualisme !

Je ne sais pas combien de personnes résisteront à une telle pression et pour être tout à fait franche, je ne sais même pas si j’aurais ce courage tout en sachant que je préférerais mourir que de subir une telle violence.

Je suis désolée de constater que, l’ex-libertaire Michel Onfray défend une obligation vaccinale s’inscrivant dans une logique totalitaire. Contrairement à sa moraline à deux sous sur le civisme et la protection de la collectivité, je pense au contraire que les personnes qui se lèvent contre l’arbitraire et la dictature servent beaucoup plus l’humanité que la cohorte du moutons allant se faire vacciner pour une hypothétique immunité de troupeau.

Les éveillés, les lanceurs d’alerte et les résistants sont les seuls espoirs de mettre en échec la course folle des dirigeants vers le nouvel ordre mondial.

medias-presse.info:Belgique : le port du masque obligatoire dans l’espace public jugé anticonstitutionne

medias-presse.info
Belgique : le port du masque obligatoire dans l’espace public jugé anticonstitutionnel par Pierre-Alain Depauw

La presse belge signale aujourd’hui un jugement du tribunal de police de Bruxelles acquittant un homme cité à comparaître pour non-port du masque. Le juge a motivé sa décision par le constat que le port du masque obligatoire dans l’espace public est anticonstitutionnel. La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden a précisé que le parquet a fait appel de la décision.

Le tribunal a rappelé que les deux articles de loi relatifs à la sécurité publique, sur lesquels se fonde l’arrêté ministériel du 30 juin 2020, sur base duquel la contravention a été établie, sont des exceptions au principe de liberté de circulation.

Le juge a reconnu que la situation sanitaire actuelle justifie une restriction de la liberté de circulation et l’imposition de certaines mesures. Mais il a estimé que celles-ci doivent reposer sur des bases légales – or le législateur n’a pas légiféré pour autoriser les mesures restrictives prises par les différents ministres depuis le début de la crise – et qu’elles doivent être compatibles avec les autres droits en vigueur.

L’infraction se base sur un arrêté ministériel 

« Plus spécifiquement quant au port du masque, il est manifeste que le ministre règle de manière identique des situations différentes, à savoir des cas dans lesquels des personnes se retrouvent seules en rue ou au contraire dans une artère commerçante en compagnie de nombreux concitoyens. Régler des situations différentes de manière identique constitue une violation des principes d’égalité et de non-discrimination », a établi le juge.

La ministre de l’Intérieur a contesté ce jugement, estimant que « la décision ministérielle, qui est la base juridique pour l’application des mesures corona, demeurait. Les arrêts rendus par le Conseil d’Etat ces derniers mois confirment également les bases juridiques sur lesquelles reposent les mesures du décret ministériel. »

OJIM:Cyberharcèlement à l’encontre de Zineb El Rhazoui : circulez, il n’y a rien à voir !

Cyberharcèlement à l’encontre de Zineb El Rhazoui : circulez, il n’y a rien à voir !

21 janvier 2021 | Cyberharcèlement à l’encontre de Zineb El Rhazoui : circulez, il n’y a rien à voir !

Cyberharcèlement à l’encontre de Zineb El Rhazoui : circulez, il n’y a rien à voir !

En septembre 2020, la journaliste Zineb El Rhazoui a été victime d’un campagne de cyberharcèlement. L’auteur présumé des faits vient d’être relaxé. Retour sur ce jugement qui laisse pantois.

Zineb El Rhazoui, une miraculée

La journaliste et écrivain franco-marocaine Zineb El Rhazoui est une miraculée. En janvier 2015, alors qu’elle était journaliste à Charlie hebdo, ses vacances au Maroc lui permettent d’échapper à l’attentat islamiste qui a décimé la rédaction. C’est un véritable carnage qui a eu lieu le 7 janvier 2015 dans les locaux de Charlie hebdo : Bernard Maris, Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinski, pour ne citer que les plus connus, ont succombé sous les balles des islamistes. Les terroristes auraient certainement voulu ajouter à leurs victimes Zineb El Razhaoui, qui n’avait de cesse de dénoncer dans l’hebdomadaire les ravages de l’islamisme dans les sociétés arabo-musulmanes. Le hasard ne l’a pas permis.

Il a fallu à la journaliste réapprendre à vivre après cette épreuve. Mais pas dans n’importe quelles conditions. Nous sommes en France au 21e siècle et critiquer ouvertement l’islamisme expose à des menaces dont l’histoire a montré qu’elles pouvaient être mises à exécution. Zineb El Razhaoui, comme de nombreuses autres personnalités en France, vit désormais sous surveillance policière permanente. Changements de logements, vie privée entravée, nous passerons sur les détails de cette nouvelle vie, une vie de l’« après ».

L’élément déclencheur

La reproduction en 2006 par Charlie hebdo de 12 caricatures parues dans le Jyllands-Posten n’a jamais été acceptée par certains. Comme l’expose Patrice Leconte dans un documentaire sorti en 2008 intitulé « c’est dur d’être aimé par des cons », le journal satirique a dans les années 2000 été assigné en justice par plusieurs instances musulmanes pour avoir pour avoir reproduit ces caricatures. Si le délit de blasphème n’existe pas dans le droit français, les événements nous ont montré qu’il existe dans la réalité, la société réelle, celle que beaucoup ne veulent pas voir.

L’histoire retiendra que l’attentat de 2015 n’est pas arrivé par hasard. Il est l’aboutissement d’une longue et systématique mise au pilori de l’équipe de Charlie hebdo. Une nouvelle inquisition moderne avec force incendie des locaux et menaces.

Cyberharcèlement

C’est dans ce contexte passablement chargé que Zineb a fait l’objet en septembre 2020 d’une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux. Le hashtag #BalanceZinebElRhazoui a été repris par des milliers d’utilisateurs de Twitter, avec forces menaces et insultes. L’adresse personnelle de la journaliste a même été divulguée.

Un certain Idriss Sihamedi, ancien président de l’association Barakacity, a récemment comparu devant le tribunal correctionnel pour suspicion d’organisation de cette campagne de dénigrement.

Sur Twitter, Gaston Crémieux se livre à un essai de fact checking sur le personnage en s’appuyant sur des Tweets et des articles de presse.

Si le tribunal reconnait selon Le Figaro le 15 janvier que « l’ensemble de ces messages étaient effectivement constitutifs » de harcèlement, l’avocat de Zineb, Thibault de Montbrial souligne que le tribunal a estimé “qu’il n’a été apporté aucune preuve de la détérioration effective des conditions de vie de @ZinebElRhazoui “».

Par dépit ou révolte, Thibault de Montbrial souligne :

« C’est vrai qu’elle était déjà menacée par islamistes avant… »

La directrice des ressources humaines de Charlie hebdo Marika Bret commente également cette décision de justice :

« L’occasion de rappeler que le tribunal reconnaît le harcèlement en ligne contre @ZinebElRhazoui et dénie la qualité de journaliste à ce promoteur islamiste de son vrai nom Driss Yemmou ».

Les démêlés judiciaires d’Idriss Sihamedi ne sont toutefois pas terminés : un nouveau procès pour « injure publique » à l’encontre de Zineb El Rhazoui a eu lieu le 13 janvier 2021. Valeurs actuelles énumère les noms d’oiseau qu’aurait emprunté par notre poète d’un jour : « arabe de service », « chien caressé par ses maîtres », etc.

C’était en 2020, ça s’est passé tranquillement sur les réseaux sociaux en France, Europe. À vous Cognacq Jay.
Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

Mots-clefs : Charlie Hebdo, islamisme, Jyllands-Posten, terrorisme, Zineb El Rhazoui

Voir aussi

Sur le même sujet

OJIM:Généticienne non conforme : TV libertés censurée

Généticienne non conforme : TV libertés censurée

22 janvier 2021

Généticienne non conforme : TV libertés censurée

Nous vous parlions il y a peu des applications PARLER et Telegram qui subissent la censure ou la menace de la censure. Une victime de plus à ajouter au tableau de chasse des GAFAM, la chaîne indépendante TVL.

Une chaîne YouTube à 300.000 abonnés

Décidément les rebelles opposés à la doxa n’ont qu’à bien se tenir car le camp du Bien ne laissera plus rien passer et c’est cette fois-ci TV libertés qui en a fait les frais. Le spectacle continue, avec un nouvel acte de censure, histoire de bien annoncer la couleur pour 2021.  TV libertés est une Web TV lancée en 2014 cherchant à s’émanciper de la toute puissante bien-pensance médiatique. Ce média collectionne entre autres les entretiens avec des personnalités rarement vues sur les plateaux mainstream afin de donner la parole à ceux qui ne l’ont pas. Le jeu en valait la chandelle puisque le média a su trouver son public. Sa chaîne YouTube ne cesse de grandir et compte aujourd’hui 300 000 abonnés.

Pour 2021 TV libertés décide de viser toujours plus haut et de frapper toujours plus fort (un de leurs génériques) en débutant par un entretien explosif avec une spécialiste reconnue de la génétique : Alexandra Henrion-Caude. Le camp du Bien semble avoir pris au sérieux cette bravade et réagit en conséquence : TV libertés est frappé de censure sur YouTube.

7 jours de bannissement

YouTube (ou Google, c’est pareil) censure TV libertés et l’empêche de poster de nouvelles vidéos pendant 7 jours complets suite à l’entretien réalisé avec Alexandra Henrion-Caude diffusé il y a quelques jours. La vidéo ayant été supprimée est maintenant introuvable sur le site.

La censure a été réalisée au motif que les informations médicales seraient erronées. C’est évidemment une excuse bidon qui permettrait d’effacer n’importe quel genre de vidéo. Les censeurs ont l’habitude de se faire passer pour les garants de la loi, des parangons de vertu et des chevaliers blancs de la défense du légalisme en ne censurant jamais qu’au nom du sacro-saint respect de la loi. Cela pose donc la question suivante : des lois ont-elles été enfreintes en réalisant cet entretien et en le diffusant dans l’espace public qu’est YouTube ?

Chercheuse à l’INSERM

Rappelons qu’Alexandra Henrion-Caude est une chercheuse française de l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) spécialisée en génétique. Il est probable que sa participation au très controversé film Hold-Up l’avait placée sur la sellette. Quelques-unes de ses interventions télévisées ont été relayées sur YouTube et notamment des passages où elle rapporte certaines possibles carences de procédures dans la fabrication du vaccin anti Covid-19. Il est évident que madame Henrion-Caude est très critique vis-à-vis des décisions prises pour lutter contre le virus et manifestement cela ne plaît pas à certains.

Comme l’a précisé TV libertés dans son communiqué : « La spécialiste de renommée internationale ne nie pas la crise sanitaire, ne nie pas son ampleur, n’enfreint aucune loi française, source et vérifie chacun de ses propos. » (elle avait même pris la peine d’envoyer ses sources à la journaliste avant l’entretien). « Elle est pourtant sommée de se taire dans l’espace public ». Dans ces conditions il faut se demander ce qui justifie d’imposer le silence à une personne qui n’enfreint aucune loi. Sauf si bien sûr il devient officiellement illégal en 2021 de ne pas penser comme le gouvernement le demande, et comme les réseaux sociaux l’exigent.
Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

Mots-clefs : Alexandra Henrion-Caude, Censure, TV Libertés, YouTube

Voir aussi

Sur le même sujet

SRP:Le projet de loi sur les séparatismes menace de changer radicalement la liberté religieuse en France 1/2

Le projet de loi sur les séparatismes menace de changer radicalement la liberté religieuse en France 1/2

| Politique intérieure François de LACOSTE-LAREYMONDIE 21 Jan 2021

Palais anti liberté religieuse

Pour lutter contre le séparatisme islamique, sous couvert de renforcer le respect des principes républicains, le Gouvernement prétend qu’il est nécessaire de refondre la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État.
En réalité, il veut faire «prévaloir l’appartenance nationale et citoyenne sur toute allégeance particulière, dans un esprit d’universalisme hérité des Lumières… en réaffirmant la primauté de l’ordre républicain sur lequel nul autre ne saurait prévaloir» ! Derrière cette primauté, dans un projet de loi long, touffu et complexe, se dessine une véritable mise sous tutelle de toutes les religions, y compris le catholicisme. Le Gouvernement est en train de bouleverser les équilibres pacifiques péniblement atteints au cours du XXe siècle ; s’il y parvient, la laïcité libérale et apaisée que nous connaissons laissera place à un despotisme administratif antireligieux.
La complexité de la matière et l’ignorance très générale qui l’entoure ne doivent pas arrêter ceux qui sont attachés à la liberté religieuse : l’enjeu est trop important pour qu’ils éludent l’investissement dans une étude approfondie. C’est tout le mérite de l’article de François de Lacoste Lareymondie dont nous publions la première partie cette semaine ; la seconde partie suivra la semaine prochaine.

Dans un premier article mis en ligne le 22 décembre, j’avais tiré le signal d’alarme sur le projet de loi «confortant le respect des principes de la République» que le Gouvernement a déposé sur le bureau de l’Assemblée Nationale au début du mois de décembre 2020, et dont la discussion va bientôt commencer. J’avais également annoncé d’autres articles portant sur les points majeurs de ce projet. Le premier de ceux-ci concerne le régime des cultes et, plus largement, l’exercice de la liberté religieuse.

L’objectif affiché par le Gouvernement est de lutter contre les «séparatismes», et plus précisément contre les mouvements extrémistes opérant sous influence islamiste. Il a dans son collimateur les imams radicaux prêchant la supériorité de l’Islam contre toute loi émanant des gouvernements «mécréants», les lieux où ils sévissent, les agissements qu’ils favorisent et les conséquences qui en résultent d’isolement communautariste.

La réalité est très différente ! Et beaucoup plus inquiétante… Dans le projet tel qu’il est écrit, ce sont tous les cultes qui devraient passer sous la toise étatique et entrer dans un carcan administratif qui révèle une véritable volonté de contrôle idéologique. Le Gouvernement ne s’en cache pas quand, sous couvert de «modernisation» du régime des cultes, il déclare que doit «prévaloir l’appartenance nationale et citoyenne sur toute allégeance particulière, dans un esprit d’universalisme hérité des Lumières […] en réaffirmant la primauté de l’ordre républicain sur lequel nul autre ne saurait prévaloir» ! Plus loin, il ajoute que «l’universalisme de la République (est) au-dessus des intérêts particuliers et des affiliations communautaires1». C’est cela que le Gouvernement appelle la «neutralité» de l’État, et c’est à cette aune que doit se mesurer le nouvel équilibre qu’il entend instaurer entre les principes républicains et le libre exercice du culte. Si les mots ont un sens, on doit constater que l’on s’apprête à passer d’une neutralité respectueuse et bienveillante à une subordination des religions à ce que l’autorité politique entendra mettre sous les termes d’«esprit des Lumières» et d’«ordre républicain». Notre histoire nous a appris que leur contenu pouvait être parfois fort peu libéral.

Que les «bons apôtres» qui étaient prêts à accueillir sympathiquement le projet du Gouvernement le lisent attentivement, avec la documentation qui l’accompagne, avant d’applaudir : on en reparlera ensuite.

Le dispositif envisagé, qui constitue une véritable refonte de la loi du 9 décembre 1905 portant séparation des Églises et de l’État, se caractérise donc par l’introduction d’importantes contraintes nouvelles dans l’organisation administrative des cultes, de contrôles administratifs et financiers beaucoup plus sévères qu’aujourd’hui et d’un dispositif de sanctions souvent lourdes. C’est-à-dire d’un régime beaucoup moins libéral que le régime actuel2. Tout se passe comme si le Gouvernement entendait ressusciter la tutelle des cultes que Bonaparte avait introduite au sortir de la Révolution, mais avec une empreinte idéologique beaucoup plus marquée.

J’aurais aimé m’en tenir à quelques grandes lignes synthétiques, à des appréciations simples. Mais la matière est complexe, largement méconnue du grand public, et les détails où «le diable se cache» sont nombreux. Que le lecteur, dont je vais éprouver la patience, veuille bien me le pardonner : l’enjeu est trop important pour notre liberté religieuse.

1. L’équilibre fragile des rapports actuels entre l’Église catholique et l’État

Pour ce qui nous intéresse, sur le plan administratif, la loi du 9 décembre 1905 de séparation des Églises et de l’État comporte trois séries de dispositions à rappeler ici.

La première concerne la création d’association spécifiques, les associations dites «cultuelles», prévues par le titre IV (articles 18 à 24). Ces associations sont soumises, outre la loi de 1901 relative aux associations, à certaines dispositions propres au régime des cultes quant à leur composition, à leurs statuts et à leur objet. En particulier, leur création était obligatoire. Elles ne pouvaient avoir pour objet que de «subvenir aux frais, à l’entretien et à l’exercice public d’un culte» ; à ce titre, elles avaient vocation à recevoir gratuitement la propriété des lieux de culte et des immeubles directement liés à l’exercice du culte (évêchés, presbytères, séminaires, etc.) qui avaient été nationalisés par la Révolution. Leur composition, leur fonctionnement et leur financement étaient régis par le droit commun des associations (la loi de 1901), sauf ce qui est prescrit spécifiquement par la loi de 1905.

Ce qui a bloqué l’Église catholique, outre la violence du contexte et la signification politique de la séparation, ce fut le dispositif statutaire qui, d’une part induisait la création de telles associations à l’échelle communale, donc indépendamment de l’évêque, et d’autre part introduisait un dispositif «démocratique» (via un conseil d’administration et une assemblée générale) dans le fonctionnement interne de l’Église, alors que celle-ci est hiérarchique par nature. Aucune association cultuelle ne fut créée du côté catholique ; en conséquence une loi du 2 janvier 1907, d’une part attribua la propriété des églises et presbytères aux communes, des évêchés et séminaires aux départements, et des cathédrales à l’État, d’autre part mit gratuitement les églises, presbytères et cathédrales, devenus des bâtiments publics, à la disposition exclusive des fidèles et des ministres du culte pour la pratique de leur religion en laissant cette pratique totalement libre.

Le dispositif était juridiquement bancal et financièrement incertain : qui finance quoi, comment rémunérer le clergé, que faire des dons et des offrandes ? Il a fallu attendre le rétablissement des relations diplomatiques entre la France et le Saint-Siège en 19213 pour en sortir. Après de longues négociations entre le Gouvernement français et la Secrétairerie d’État via le nouveau nonce apostolique – négociations marquées par une réelle méfiance du côté du Saint-Siège – on parvint à un modus vivendi qui fit l’objet d’une série d’échanges de lettres en 1923 et 19244. À ces lettres sont annexés les statuts-types des associations «diocésaines» approuvés par les deux parties, sur le fondement desquels ont été ensuite créées celles qui existent aujourd’hui.

De ces statuts-types, modifiés depuis à plusieurs reprises et tels qu’ils sont actuellement en vigueur, on retiendra les points suivants :

  • Les associations diocésaines, conçues comme des associations cultuelles relevant de la loi de 1905, sont créées à raison d’une par diocèse et placées sous l’autorité de l’évêque diocésain, qui en est président de droit.
  • Elles ont pour seul objet les frais et l’entretien du culte (acquisition, location et administration des édifices du culte, autres que ceux dévolus aux collectivités publiques par la loi de 1907, ainsi que le logement des ministres du culte, leurs traitements et pensions).
  • Elles sont aptes à recevoir les offrandes des fidèles ainsi que des dons et legs sous un régime fiscal favorable d’exonération des droits de mutation, mais sous contrôle de l’administration5, et elles sont exonérées de divers impôts pour leurs lieux de culte6.
  • Elles sont dotées d’un conseil d’administration composé de l’évêque, président de droit, et de quatre autres membres, parmi lesquels doivent figurer un vicaire général ou un vicaire épiscopal, un membre du conseil diocésain pour les affaires économiques et un membre du collège des consulteurs, conseil d’administration qui, avec l’évêque, détient la réalité du pouvoir de décision et de gestion, se contentant de faire rapport à l’assemblée générale.
  • Il leur est interdit de s’immiscer dans l’organisation du service divin et l’administration spirituelle du diocèse.
  • Leur fonctionnement est régi à la fois par lesdits statuts, la loi française (dont les lois de 1901 et de 1905) et par le droit canonique.

Ces statuts-types ont été conçus comme une modalité d’application des dispositions du titre IV de la loi de 1905 avec lesquelles ils sont «compatibles», ne contredisant ni la loi de 1907 ni aucune autre loi de portée générale, comme l’a déclaré le Conseil d’État dans un avis d’assemblée du 13 décembre 1923 qui avait été sollicité par le Gouvernement. Mais ils sont également une composante de l’accord international qu’est l’échange de lettres de 1923 et 1924, comme l’a également rappelé le Conseil d’État, en dernier lieu dans un avis du 4 décembre 2012.

2. L’articulation du projet de loi avec les accords conclus entre la France et le Saint-Siège

Il existe un débat juridique complexe sur la portée de cet accord international, en particulier sur sa place dans la hiérarchie des normes juridiques françaises. En effet, les statuts-types des associations diocésaines sont annexés à l’échange de lettres : ils font donc partie de l’accord lui-même. De plus, ils sont directement applicables par ceux à qui ils sont destinés dans la mesure où ils n’appellent aucune autre disposition législative ou réglementaire pour leur mise en œuvre.

L’un des principes fondamentaux du droit international public est que les accords régulièrement conclus doivent être appliqués par les parties («pacta sunt servanda») et doivent l’être de bonne foi. Mais l’échange de lettres n’a pas été publié au Journal officiel. Or l’article 55 de la Constitution de 1958 fait de cette publication une condition pour qu’un accord international ait une autorité supérieure à la loi. D’où une question qui, à ma connaissance, n’a pas été tranchée : que se passe-t-il si une nouvelle loi modifie le titre IV de la loi de 1905, notamment ses articles 18 et 19, sans que le Saint-Siège n’ait préalablement donné son accord au contenu envisagé7 ?

La question n’est pas purement théorique. En effet, là où la loi de 1905 combinée avec celle de 1901 sur les associations laissait une grande marge de liberté dans l’organisation statutaire des associations cultuelles – marge dont les négociateurs de 1923 et 1924 ont su tirer parti –, l’actuel Gouvernement entend introduire dans l’article 19 de la loi de 1905 plusieurs dispositions obligatoires qui peuvent s’avérer problématiques du point de vue de l’Église catholique.

Est problématique tout d’abord le principe même d’une modification du cadre statutaire des associations cultuelles et, partant, des associations diocésaines, sans négociation préalable avec le Saint-Siège, sur les points qui ont un impact sur les statuts-types. À supposer même qu’on estime que l’accord conclu entre la France et le Saint-Siège n’a pas une autorité supérieure à la loi, ce serait néanmoins une violation directe de celui-ci que de faire voter le Parlement sur des dispositions qui ont une répercussion directe sur lui en s’affranchissant d’une négociation préalable conclue positivement et, partant, risquer de rouvrir une vieille querelle que l’on espérait éteinte.

Il est d’ailleurs étonnant que le Conseil d’État, dans l’avis qu’il a émis le 3 décembre dernier sur le projet de loi, après l’avoir rappelé, n’en ait tiré aucune conclusion… Aurait-il voulu épargner au Gouvernement une difficulté supplémentaire alors que son avis en souligne déjà de nombreuses ? S’il était allé au bout de son raisonnement, sans doute aurait-il dû lui renvoyer sa copie… À moins que – hypothèse probable – tous aient voulu éviter de consentir aux catholiques un statut particulier, alors que le Gouvernement entend aligner tous les cultes sous la même toise. Quoi qu’il en soit, c’est aussi un signe supplémentaire du recul accentué de la place du catholicisme en France : il ne compte désormais pas plus que les autres.

François de Lacoste-Lareymondie

Photo : Guilhem Vellut / Wikimedia Commons


1 – Introduction générale de l’étude d’impact accompagnant le projet de loi, pp 6 et 7.

2 – Parce que je n’en ai pas la compétence et parce que les dimensions de cet article sont déjà trop importantes, je n’y traiterai pas de l’Alsace-Moselle, qui est restée sous régime concordataire, ni des collectivités d’outre-mer, dont la plupart connaissent un régime particulier, limitant mon propos à la France métropolitaine soumise à la loi de 1905.

3 – Je rappelle que le Saint-Siège n’est pas seulement le lieu où le pape réside en tant que chef des catholiques, mais que c’est aussi un État, donc une personne morale de droit public international.

4 – Ces lettres constituent les «Accords Poincaré-Ceretti», du nom du Président du Conseil et du nonce apostolique en fonction à l’époque. Elles sont publiées, ainsi que de nombreux autres documents et une analyse de leur statut juridique, dans le Recueil des accords en vigueur entre la France et le Saint-Siège établi par Emmanuel Tawil et publié aux Éditions du Cerf en 2017.

5 – C’est ce qu’on appelle la «grande capacité fiscale» : elle résulte d’une loi du 25 décembre 1942 qui a conféré aux associations cultuelles la capacité de recevoir des libéralités – donations et legs – sous réserve d’une faculté d’opposition par l’administration au cas où celle-ci contesterait de façon fondée le caractère cultuel de l’association en application de l’article 910 du Code civil, et aux collectivités publiques la faculté de subventionner les travaux de réparation entrepris par les associations cultuelles dans les édifices du culte.

6 – En particulier, les lieux de culte sont exonérés de la taxe foncière (art. 1382 du Code général des impôts), de la taxe d’habitation (art. 1407), de la taxe de publicité foncière (art. 1020) et des droits de mutation (art. 1039).

7 – Pour ma part, je considère que cette question de la publication au J. O. ne constitue pas une objection dirimante. En effet, toutes les modifications – certes mineures – apportées aux statuts-types depuis leur approbation initiale ont toujours été précédées par des négociations entre la France et le Saint-Siège aboutissant à un accord sur leur contenu, y compris en 1996 et 2003, donc sous l’empire de la Constitution actuelle. C’est pourquoi, dans l’avis précité de 2012, le Conseil d’État a rappelé que, si les besoins de l’Église évoluaient au point qu’il faille élargir le cadre juridique des associations diocésaines, il fallait en passer préalablement par un nouvel accord international.

Bill Gates, promoteur du confinement, finance tranquillement un plan pour diminuer les rayons du soleil-wikistrike

Bill Gates, promoteur du confinement, finance tranquillement un plan pour diminuer les rayons du soleil-wikistrike

lettreelectroniqueNon classé 22 janvier 2021 4 Minutes

Publié par wikistrike.com sur 22 Janvier 2021, 09:17am

Catégories : #Santé – psychologie, #Science – technologie – web – recherche

Bill Gates, promoteur du confinement, finance tranquillement un plan pour diminuer les rayons du soleil

Un projet mené par des scientifiques de l’université de Harvard et financé en grande partie par le fondateur de Microsoft, Bill Gates, pour tester la technologie de réduction de l’ensoleillement afin de refroidir le réchauffement climatique, avance tranquillement en Suède.

Nous savons ce que vous pensez – cela ne peut pas être réel.

Eh bien, mes amis, c’est pourtant bien le cas.

Reuters rapporte que le projet de Harvard « prévoit de tester une théorie controversée selon laquelle le réchauffement climatique peut être stoppé en pulvérisant dans l’atmosphère des particules qui réfléchiraient les rayons du soleil ».

En Suède, des plans pour faire voler un ballon d’essai l’année prochaine sont déjà en cours.

Le ballon d’essai ne libérera aucune particule dans l’atmosphère, mais « pourrait être une étape vers une expérience, peut-être à l’automne 2021 ou au printemps 2022 ».

Ces expériences pourraient voir « jusqu’à 2 kg de poussière de carbonate de calcium non toxique » rejetée dans l’atmosphère.

Controversial Bill Gates-funded plan to dim the sun’s rays moves forward quietly https://t.co/rOVxtVfHmT— TheBlaze (@theblaze) December 28, 2020

a

Le plan controversé financé par Bill Gates pour réduire les rayons du soleil avance tranquillement.

– TheBlaze (@theblaze) 28 décembre 2020

Le plan de Bill Gates pour réduire les effets du soleil est une mauvaise idée

Bill Gates est la preuve vivante que ce n’est pas parce que vous avez fait quelque chose de très intelligent pour laisser votre marque dans le monde que vous êtes nécessairement une personne intelligente.

Avoir le culot de jouer à Dieu en atténuant les rayons du soleil et penser que cela ne conduira pas à des problèmes drastiques et imprévisibles rend ce cas plutôt évident.

Reuters note que le projet – appelé Expérience sur les perturbations contrôlées de la stratosphère (SCoPEx) – joue avec « quelque chose qui comporte des risques potentiellement importants et difficiles à prévoir, comme des changements dans la configuration des pluies à l’échelle mondiale ».

« Ce test n’a aucun mérite, sauf celui de permettre la prochaine étape », a déclaré Niclas Hällström, directeur du groupe de réflexion suédois WhatNext ?

Il a ajouté : « Vous ne pouvez pas tester le déclenchement d’une bombe et dire « Cela ne peut pas faire de mal » ».

Did you know that Bill Gates is one of the sponsors of the Stratospheric Controlled Perturbation Experiment (SCoPEx), an engineering attempt to block the Sun through spraying of sulfur aerosols in the stratosphere?

SCoPEx just made its first step:https://t.co/AAOZd51Pae— Ned Nikolov, Ph.D. (@NikolovScience) December 28, 2020

Il est important de noter que le professeur David Keith à Harvard, un partisan convaincu du blocage du soleil par les aérosols de soufre, reçoit des fonds de Bill Gates depuis 2007.

– Ned Nikolov, Ph.D. (@NikolovScience) 28 décembre 2020

Selon M. Gates, la vie après le COVID ne reviendra pas à la normale avant 2022

Bill Gates, un fan d’ingénierie sociale, a fait parler de lui au début du mois lorsqu’il a voulu, au sens figuré, assombrir la société en suggérant que les mesures de confinement des pandémies pourraient et devraient être étendues.

Cet « expert » a exprimé son soutien à la fermeture des bars et des restaurants pour une période supplémentaire de six mois, et a indiqué que les mesures de confinement pourraient se poursuivre jusqu’en 2022.

.@BillGates on Covid: « Even through 2022” we should be prepared for life to not return to “normal”

Says “sadly » it’s « appropriate” for bars and restaurants to close over the next « four to six months » pic.twitter.com/cmDD8pv3XR— Tom Elliott (@tomselliott) December 13, 2020

@BillGates sur Covid : Même en 2022, nous devons nous préparer à ce que la vie ne revienne pas à la « normale ».

Il dit que « malheureusement » il est « approprié » que les bars et restaurants ferment au cours des prochains « quatre à six mois »

– Tom Elliott (@tomselliott) 13 décembre 2020

« Il est certain que d’ici l’été, nous serons bien plus proches de la normale qu’aujourd’hui, mais même au début de l’année 2022, si nous n’aidons pas les autres pays à se débarrasser de cette maladie et si nous n’obtenons pas un taux de vaccination élevé dans notre pays, le risque de réintroduction sera présent », a prévenu M. Gates, devant le présentateur de CNN, Jake Tapper.

De nombreux Américains ont montré qu’ils n’étaient pas prêts à poursuivre la mascarade du confinement. Nous ne savons pas non plus combien d’entre eux seront ravis que M. Gates soit le maître du soleil.

Rusty Weiss est un journaliste indépendant qui se concentre sur le mouvement conservateur et son programme politique.

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone

FranceSoir:Les chiffres finiront par parler : A quoi jouent-ils ?

Les chiffres finiront par parler : A quoi jouent-ils ?

Publié le 21/01/2021 à 16:30 – Mise à jour à 17:02

Les chiffres finiront par parler : A quoi jouent-ils ?

Auteur(s): le Collectif citoyen pour FranceSoirA+A

Les décisions gouvernementales sont prises sur la base d’estimation de mortalité par des experts comme Fergusson, qui ont une réputation de surestimer les chiffres entrainant des décisions aux conséquences dramatiques pour la France et les Français.  Les estimations peuvent être erronées car elles sont basées sur des modèles et des prévisions, cependant elles devraient être calibrées afin d’en vérifier la validité externe.  Il a été aussi vu que les tests PCR entrainent l’identification de personne ayant du virus au fond de leurs fosses nasales, mais ne générant pas forcément des malades.  Ces tests, comme préconisés par les experts, devraient être utilisés en complément d’un diagnostic médical.  De plus l’usage de ces tests en population générale n’est pas recommandé car il induit des erreurs substantielles de mesures.  La marge d’erreur d’un test sans diagnostic clinique conduit à la classification de personnes non malades parmi des cas positifs.  Ces tests ne permettent donc pas d’identifier des malades mais des personnes ayant l’ARN du virus. 

Depuis plusieurs mois, les chiffres de Santé Publique France et des ARS ont des différences notables et de plus en plus d’observateurs s’en étonnent puisque Nice Matin a même publié un article questionnant la différence entre les hospitalisations mesurés par santé publique France 587 et celles des hôpitaux 273.  Une différence tellement important que l’on peut en questionner les décisions des autorités gouvernementales sur les restrictions des libertés fondamentales et le couvre-feu

1.png

Dans cet article, nous nous intéressons à ce que les autorités sont en train de faire
Il y a en effet peu de passages aux urgences pour Covid comparé au printemps et aux décès actuels.  Ceci a été complété par un changement de dénomination pour les décès, hospitalisations et réanimations.  Et bien sur une explosion des cas positifs qui malgré une baisse du taux de positivité amène la menace de voir un troisième confinement.

La plupart des Français ont été tous été surpris de ce « second confinement » fin octobre alors que rien ne semblait excessivement hors de contrôle. Depuis, l’impression persiste que cet épisode est en train de se pérenniser et on peut entendre des prévisions de sortie de crise d’ici « fin 2021 pour les plus optimistes, à 2024 pour les plus sinistres. »
Les chiffres présentés et utilisés pour supporter les décisions de politiques sanitaires ne paraissent pas fournir une base suffisamment solide pour faire accepter « des démesures inadmissibles en temps normal et nous enfermer dans une situation inextricable. »
 

Un retour en arrière sur certains éléments s’impose.

Peu de passages aux urgences pour Covid comparé au printemps et aux décès actuels
Les passages aux urgences pour Covid sont deux fois moins nombreux que ceux du printemps dernier, alors que dans le même temps on nous annonce autant de décès qu’à la “première vague” (voir graphique ci-dessous). Pour pousser l’analyse, nous avons sélectionné la région Île de France afin de comparer (courbe en rouge) avec le reste de la France, et là c’est le calme plat, juste une petite bosse d’octobre à novembre, mais insignifiante comparée au printemps.

2.png

Passages aux urgences pour Covid en France (en bleu) et en Île de France (en rouge) depuis mars.


Un observateur averti habitant juste à côté d’un grand hôpital parisien, nous dit :   
« le bal des sirènes d’ambulances ou de pompiers du mois d’avril et mars ou cela n’arrêtait pas de jour comme de nuit, ne s’est pas reproduit depuis la seconde vague dont nous parle les médecins des plateaux télé. »

Mais d’où sortent donc les décès annoncés alors qu’il y a deux fois moins de passages aux urgences pour Covid qu’au printemps et qu’en plus les hôpitaux ne sont pas aussi surchargés qu’à l’époque et surtout que les services Covid ont désormais une meilleure expérience de la maladie ce qui devrait limiter la casse ?  


Commençons par regarder les décès covid à l’hôpital par rapport aux passages aux urgences pour covid en superposant  ci-dessous à la même échelle les deux courbes pour la France entière, décès pour Covid (en rouge) et passages aux urgences pour Covid (en bleu):

3.png

On constate qu’il y a presque autant de décès covid cet automne qu’au printemps.  Cependant cela ne colle pas avec le nombre de passages aux urgences pour covid. Surtout depuis le 20 novembre où le nombre de décès covid est très proche (entre 50% et 60%) du nombre de passages aux urgences pour covid, contrairement au début de la “deuxième vague” où ce pourcentage (environ 25%) était déjà énorme par rapport à celui du printemps (environ 10%).
En suivant ces données cela signifierait donc qu’actuellement entre 50% et 60% des personnes qui passent aux urgences pour covid en décéderaient alors qu’en mars ce n’était que 10% d’entre elles.

Poursuivons par l’analyse du nombre de décès Covid à l’hôpital par rapport au nombre d’hospitalisations parmi les passages aux urgences pour Covid. L’incohérence est encore plus frappant si l’on compare depuis le 20 novembre les décès du covid actuels (350 personnes par jour en moyenne) par rapport au nombre d’hospitalisations liées aux passages aux urgences pour covid (400 par jour environ) soit près de 90%. Ce chiffre était de 25% au printemps, comme le montre le graphique des hospitalisations suite aux urgences covid avec la superposition de la courbe de décès à la même échelle.

4.png

En novembre, presque toutes les personnes hospitalisées suite à un passage aux urgences pour covid décèderaient contre seulement 25% au printemps.  Alors que le Dr Karine Lacombe déclarait dans OuestFrance « que l’on savait mieux prendre en charge les patients cet automne »


D’où proviennent donc ces patients qui décèdent

Si mathématiquement ils ne peuvent pas provenir des hospitalisations liées à des passages aux urgences, on ne peut pas envisager que les soignants soient subitement devenus totalement incompétents. Il y a donc une autre explication.
On s’était déjà aperçu en Septembre que les ARS avaient changé des dénominations.  Et si la réponse se trouvait dans le changement de dénomination pour les décès, hospitalisations et réanimations

Décès : L’appellation d’avant mi-octobre de cette rubrique “personnes nouvellement décédées pour Covid 19” est devenue après mi-octobre “nouveaux décès avec diagnostic Covid”.

Donc les patients décédés comptés depuis mi octobre ne sont plus décédés du Covid, mais décédés sans cause précisée, avec un diagnostic (test PCR positif…) Covid !
En regardant les décès avant mi-octobre  

5.jpg

Puis les décès depuis mi-octobre

6.jpg

On peut s’intéresser aux hospitalisations
Avant mi-octobre

7.png

et depuis mi-octobre

8.png

On donc en mesure de se demander si ces patients ne seraient pas venus pour d’autres raisons et seraient ensuite testés puis classés comme hospitalisés “avec diagnostic covid” et non plus “pour covid” et qu’on présenterait comme des malades ou décès du Covid
Et on ne parle plus de nouvelles hospitalisations mais de nouvelles personnes hospitalisées avec diagnostic. Surprenant!

En se focalisant sur les réanimations : on observe le même phénomène
Avant mi-octobre

9.png

Depuis mi-octobre

10.png

Dans les graphiques de Santé Publique France, on note qu’il ne s’agit plus uniquement de réanimation.  Il est désormais indiqué entre les parenthèses “SR/SI/SC”. (SR veut dire Service Réanimation, SI = Soins Intensifs et SC = Surveillance Continue).

En France, il y a 19 600 lits pour ces trois catégories (voir illustration ci-dessous) et non les seuls 5400 lits de réanimation pure et dure dont on tire, avec le chiffre actuel de ces 2700 patients en “Réa”, un taux d’occupation objectivement exagéré et fallacieux de 50%, alors que s’il était rapporté aux 19600 lits des trois catégories de ces 2700 patients on aurait un taux de 13% comme déjà expliqué dans un précédent point d’information.

Rappel : Répartition des lits SR, SI et SC

11.png



En conséquence, on peut questionner la modification pour ne pas dire manipulation des classifications qui permettrait de masquer la cause réelle des décès actuels.  Ici nous faisons référence aux personnes ayant des pathologies sévères qui n’ont pas pu être détectées ou soignées en raison du confinement et des mesures restreignant l’accès à l’hôpital.
En les classifiant comme victimes directes du covid, cela n’éviterait-il pas d’endosser la responsabilité des énormes « dégâts collatéraux » du confinement que certains spécialistes opposés à cette solution avaient prédit, avant, pendant et après le premier confinement ?  

Pour continuer, on observe une « explosion des cas » (test positifs), et malgré la chute du taux de positivité, la menace d’un 3ème confinement plane. Incompréhensible.

12.png

Alors que le taux de positivité des tests (% des positifs par rapport aux nombre de testés) baisse depuis le 25 octobre, donc avant même l’effet supposé du deuxième confinement, et qu’il est au plus bas depuis le mois d’août (2,7), on nous brandit une prétendue explosion des nouveaux cas (test positifs) en menaçant d’un troisième confinement… alors que, comme le montrent les deux graphiques suivants, on ne constate qu’une légère augmentation du nombre de positifs, ce qui est plutôt rassurant puisque le nombre de personnes se faisant tester, lui, a littéralement explosé en raison de la crainte de contaminer “papy et mamy” pendant les fêtes… suite aux recommandations du gouvernement… Ce qui explique aussi la forte baisse du taux de positivité depuis début décembre :

Nombre de tests

On peut observer que le nombre de tests a triplé depuis mi-décembre.

13.png

Nombre de positifs

… alors que le nombre de positifs n’a augmenté que de 10 à 15 % depuis la même date.

14.png

Quel est donc le jeu ou le but recherché ?
Les mesures du gouvernement sont de moins en moins compréhensibles pour certains. 
Pourquoi gonfler les chiffres mi-octobre en changeant les appellations ? Serait-ce pour faire un justifier un deuxième confinement ou masquer autre chose?

L’explosion fictive des nouveaux cas (tests positifs) alors qu’elle est faible comparé au nombre de tests et que bien des experts appellent à la prudence dans l’usage et l’interprétation des tests entraine ou maintient un état de crainte ou de peur du virus dans la population. Est-ce pour anticiper la justification d’un troisième confinement ?

La peur légitime d’une maladie combinée avec l’accentuation de cet effet suscité par les autorités au travers de mesures liberticide, et le fait que l’inquiétude grandit du avec l’économie en berne, les restaurants, cinémas, lieu de culture, les stations de skis sont fermées, pose question.  A quoi joue les autorités ? 

Serait-ce uniquement pour faire accepter un vaccin que prêt de 60% des français ne sont pas prêt à accepter ?

Décidément, tout cela demande un profonde explication et enquête parlementaire indépendante afin de restaurer la confiance quand plus de 50% des français n’ont pas confiance dans le gouvernement.

Auteur(s): le Collectif citoyen pour FranceSoir

Pour une école libre au Québec:Sur Disney+ : Peter Pan, La Belle et le clochard ou Les Aristochats inaccessibles depuis les profils « enfants » pour représentation datées;À l’instar des universités anglo-saxonnes, Sciences Po de Paris supprime les épreuves sur table;À Berlin, 45 % des écoliers du primaire n’ont pas l’allemand comme langue d’origine;Histoire — le 21 janvier 1793, les langues à l’Assemblée du Bas-Canada

Pour une école libre au Québec

Sur Disney+ : Peter Pan, La Belle et le clochard ou Les Aristochats inaccessibles depuis les profils « enfants » pour représentation datées Posted: 21 Jan 2021 07:40 PM PST Sur Disney+ France, Peter Pan, La Belle et le clochard ou Les Aristochats sont désormais inaccessibles depuis les profils « enfants » en raison de clichés jugés racistes. Un message d’avertissement s’affiche au lancement depuis un profil « adulte ». Les messages d’avertissement avaient été annoncés en octobre dernier, mais pas — à ma connaissance — le fait que ces dessins animés ne puissent plus être joués avec un compte « enfants ».
Voir aussi Les vieux Disney : les déconstructeurs progressistes sont des fanatiques Disney+ fait précéder ses films « culturellement datés » d’un avertissement Astérix chez les féministes, parents homos et les rebelles aux enfants métissés

Le Pape François se dresse contre une éducation trop sélective (bédé Don Bosco)

Faites attention à quelles bandes dessinées vos enfants lisent (Bichon, Titeuf, Mauvais Genre) [rediff avant Noël]

Les vieux Disney : les déconstructeurs progressistes sont des fanatiques

Simplification des Martine (1987/2016)

Marvel Comics met fin à une série de titres politiquement corrects

Bandes dessinées — Quand Hergé expurgeait un missionnaire chez les Esquimaux

Littérature jeunesse : comment s’y retrouver ?

Comtesse de Ségur épurée

La Comtesse de Ségur déchiffrée : son vocabulaire est-il encore compris aujourd’hui ?

« Le Club des Cinq » caviardé car trop politiquement (et religieusement) incorrect et à la langue trop compliquée

Après le Club des Cinq et la Comtesse de Ségur, les éditeurs « modernisent » Martine, mais est-elle seulement d’accord ?

États-Unis : plus de prix « Laura Ingalls Wilder » pour cause de Petite maison censément raciste

C’est ça l’école québécoise moderne : Pas de classiques de la littérature, mais la lutte contre l’hétérosexisme en classe de français, d’anglais, d’histoire et de mathématiques
À l’instar des universités anglo-saxonnes, Sciences Po de Paris supprime les épreuves sur table Posted: 21 Jan 2021 12:20 PM PST
Sciences Po Paris abandonnera au printemps 2021 son concours d’entrée au profit d’un examen du dossier scolaire des bacheliers et d’un entretien d’admission. Une révolution, déjà annoncée il y a plus d’un an, que son controversé directeur, Frédéric Mion, aime parfois à présenter comme une réponse à la crise des «gilets jaunes» [?!]. Il espère que cette nouvelle admission conduira des élèves qui ne l’osaient pas à se présenter. L’objectif est aussi de hausser le taux actuel d’étudiants boursiers de 25 % à 30 % alors qu’il atteint 40 % dans les universités, parents pauvres de l’éducation supérieure en France.Avec le nouveau concours, la moitié des critères de sélection concerne les notes obtenues au lycée: en l’occurrence, la moyenne des écrits au bac et les bulletins scolaires du lycée [mais un 18 en banlieue en difficulté vaut-il un 18 dans un lycée très sélectif?]. Terminées, en revanche, les épreuves sur table [écrites et surveillées] qui prévalaient depuis des décennies. Outre le fait que ces écrits auraient doublonner avec les examens du bac, ils sont considérés par la direction de l’IEP comme un frein à la diversité. La sélection repose par ailleurs “sur trois écrits portant sur les activités et les centres d’intérêt du candidat, sa motivation à faire Sciences Po et sa capacité à s’exprimer à travers l’écriture créative“, détaille Olivier Nafissi, directeur de Prépasup (groupe Ipesup).  À l’instar des universités anglo-saxonnes, il s’agit de rédiger un texte personnel en réponse à des questions aussi diverses que: “qu’avez-vous accompli dont vous êtes les plus fier, et pourquoi?”; “parmi les ouvrages que vous avez étudiés au lycée, quel est celui que vous conseilleriez à un ami et pourquoi?”; “pour quelle cause refuseriez-vous de prendre position et pourquoi?”; “si vous aviez l’occasion de discuter avec un dirigeant politique important de votre pays: de qui s’agirait-il, que lui diriez-vous et pourquoi?” ou encore “qu’est-ce qui vous apporte de la joie? Expliquez-vous et développez”. À travers ces écrits, un portrait [idéologique ?] de l’élève doit se dessiner pour permettre à l’école de “distinguer les talents de demain”. Ensemble avec les bulletins scolaires et les notes du bac, ces trois blocs détermineront l’admissibilité du candidat. Les épreuves écrites (histoire, anglais et option) sont donc supprimées au profit de l’examen du dossier scolaire, en particulier des notes aux enseignements de spécialité. L’oral d’admission est quant à lui conservé, et intégrera une nouveauté sous la forme d’une discussion autour d’un document. Désormais donc, l’entrée en première année au collège universitaire se cale sur la procédure d’admission très anglo-saxonne déjà mise en place par Sciences Po Paris, il y a 3 ans, pour sa maîtrise (« master » dans l’Hexagone). Sources : Challenges, Le Figaro, Les ÉChos
Liens connexesSciences Po secouée par l’affaire Duhamel, Des étudiants veulent la démission du directeur de l’école Frédéric Mion. Il aurait eu vent des rumeurs d’inceste et de pédophilie homosexuelle visant le président de la Fondation nationale des sciences politiques.En 2011, Sciences Po annonçait la suppression l’épreuve de culture générale. Richard Descoings, son directeur mort dans des circonstances sordides en avril 2012 aux États-Unis qu’il adulait, avait supprimé du concours d’entrée l’épreuve écrite de culture générale pour les titulaires d’une mention « Très Bien » au baccalauréat et instauré une procédure d’entrée « convention d’éducation prioritaire » [zone d’éducation prioritaire est un euphémisme pour banlieue immigrée] afin d’ouvrir «socialement» l’école.Sciences Po a supprimé son concours d’entrée, plus personne n’en parle Université — Liste de lecture anti-blanche de Sciences Po fait polémiqueEschyle interdit, Finkielkraut insulté: sectarisme à l’université
Baisse du niveau des examens d’entrée pour intégrer plus d’immigrés à Sciences Po de Paris France (réforme Blanquer) — le bac hors contrat, le vrai bac France : contrôle continu et nouveau bac « Un 16 à Grigny vaut un 2 à Henri-IV »

France — Le grand oral du bac risque d’être une fabrique de conformisme

France — Bac d’histoire : « Lycéens, répétez après moi, la construction européenne c’est le progrès ! »

Réforme Blanquer : en 2021, le programme de philosophie « sera féminisé et deviendra plus multiculturel qu’il ne l’est actuellement »

France — recours au Conseil d’État des écoles indépendantes contre la réforme Blanquer du baccalauréat
À Berlin, 45 % des écoliers du primaire n’ont pas l’allemand comme langue d’origine Posted: 21 Jan 2021 11:28 AM PST À Berlin, ville dirigée par une coalition rouge-verte, l’allemand se révèle ne pas être la langue d’origine pour 45 % des écoliers du primaire et 27 % des lycéens. Ces derniers sont deux fois plus que la moyenne à quitter le système scolaire sans diplôme. Par l’intermédiaire des célèbres Volkshochschule (littéralement « hautes écoles du peuple »), la municipalité a beaucoup dépensé dans les cours de langue à destination des immigrés. Or, depuis peu, les socio-démocrates s’opposent à un projet de la sénatrice des affaires sociales, issue de la gauche radicale, visant à réserver un quota de 35 % des postes de fonctionnaires à des « personnes issues de l’immigration ». Le SPD juge cette disposition « inconstitutionnelle » : la très sacrée loi fondamentale rappelle le principe d’égalité dans l’accès la fonction publique. Le concept même de « personnes issues de l’immigration » fait polémique. La commission propose de lui substituer celui d’« immigrants et leurs descendants directs ». « Notre objectif est de définir des modèles futurs de migration fondés sur des principes scientifiques, juridiquement appropriés et politiquement régulables », explique Andreas Zick, professeur de psychologie sociale à l’Université de Bielefeld et membre de la commission. En Allemagne, il est parfois plus facile d’intégrer les immigrés que d’évoquer le sujet.
Histoire — le 21 janvier 1793, les langues à l’Assemblée du Bas-Canada Posted: 21 Jan 2021 09:06 AM PST
Trente ans après la Conquête, le Bas-Canada se dote pour la première fois d’un parlement avec des représentants élus. La première séance se tient exactement le 17 décembre 1792. Et déjà surgit un débat qui anime toujours le Québec : dans quelle langue seront enregistrés les procès-verbaux de la chambre ? La polémique linguistique du Québec vient de naître.


À l’évidence, les députés francophones optent sans ambiguïté pour le français alors que les Britanniques tiennent à confirmer l’appartenance du Canada à la couronne en faisant prévaloir l’anglais. Les joutes oratoires seront vives. La presse se fera le relai de chaque camp. Le 21 janvier 1793, les députés conviennent que les textes seront rédigés dans les deux langues et placés sur un même pied d’égalité. Ainsi, tout projet de loi devra être présenté en anglais et en français dès la première lecture.

« McGill français »

Sur les 50 députés qui forment la première Assemblée, 16 sont anglophones, dont le marchand de fourrures James McGill, un des hommes d’affaires les plus riches de Montréal. Les francophones sont majoritaires, mais leur pouvoir est limité. Toutes les décisions de la Chambre sont soumises au droit de véto du Conseil législatif, dont les membres, nommés par le gouverneur, sont presque tous britanniques.

À sa mort, James McGill lègue un domaine et une somme d’argent qui permettront la fondation, en 1821, de l’université qui porte son nom. Cet établissement deviendra, aux yeux de bien des nationalistes, un symbole du pouvoir disproportionné de l’élite anglo-saxonne dans la société québécoise.

Le 28 mars 1969, 10 000 personnes marchent jusqu’aux portes de l’université pour réclamer sa francisation. C’est la manifestation « McGill français », moment marquant d’une époque où de nombreux Québécois pressent l’État d’agir pour donner le contrôle de l’économie à la majorité francophone et assurer la prédominance du français. Les lois linguistiques se succéderont bientôt : la Loi pour promouvoir la langue française au Québec (loi 63), en 1969, la Loi sur la langue officielle (loi 22), en 1974, et la Charte de la langue française (loi 101), en 1977.

Le tableau de la discorde

Entre 1910 et 1913, le peintre Charles Huot réalise une toile représentant cette séance du 21 janvier 1793. Ce tableau trône aujourd’hui dans le Salon bleu de l’Assemblée nationale. Un détail du tableau attire particulièrement l’attention et traduit certaines intentions de l’auteur. Dans la fenêtre en haut à droite, Charles Huot a dessiné la château Saint-Louis (siège du pouvoir sous le régime français) alors qu’en réalité on devrait y voir les jardins du Séminaire. C’était sans doute là un clin d’œil de l’artiste à ses convictions nationalistes et francophones.

Localisation du Bas-Canada (en vert) : la colonie exista sur le plan légal et politique de 1791 jusqu’à la mise en vigueur en février 1841 de l’Acte d’Union, adopté le 23 juillet 1840.


Voir aussi

Analyse de la toile de Charles Huot retraçant tous les protagonistes de ce fameux débat

Premières assemblées délibérantes au Bas-Canada : une démocratie partielle »

Histoire — Qui était John A. MacDonald ?

NY to Lose Financial Capital of US to Miami?Martin Armstrong

NY to Lose Financial Capital of US to Miami?

Blog/Economics

Posted Jan 22, 2021 by Martin Armstrong

The first financial capital of the United States was Philadelphia. A walk down Chestnut street and you will see all the old banks which have been turned into most restaurants. That was the home of the Bank of the United States which Andrew Jackson was intent on destroying. But Philadelphia continued to be the financial center. Even the Philadelphia Stock Exchange predated New York which was founded in 1792. The Philadelphia Stock Exchange was founded in 1790 but was originally named the Board of Brokers of Philadelphia. On May 17, 1792, twenty-four brokers signed the Buttonwood Agreement, which eventually became the New York Stock Exchange.

Jay Cooke was the financier of the Civil War and the first primary dealer. His firm was the largest and it failed during the Panic of 1878. The House of Morgan was actually born out of the partnership of Drexel, Morgan & Co., which formed by Anthony J. Drexel with his protégé and partner, J. Pierpont Morgan in 1871 which became a New York firm. Following Drexel’s death, the company reorganized in 1895 and became J.P. Morgan & Co. which became an investment banker that financed the formation of the United States Steel Corporation. It became the world’s first billion-dollar corporation. Also in 1895, J.P. Morgan & Co. supplied the United States government with $62 million in gold to float a bond issue and restore the treasury surplus of $100 million.

J. Pierpont Morgan became the target of much criticism and it was this image of bailing out the US Treasury from the silver Democrats that painted him as a profiteer because the bonds he floated rallied and many claimed he intentionally underpriced then to make money on the bonks.

I have often explained that the Economic Confidence Model is fractal. Thus, 2 x 8.6 equals 17.2. Hence, 17.2 x 8.6 = 147.92. What is emerging is the gradual decline in New York and the shift in the financial capital of the United States once again. The shift from Philadelphia to New York began gradually from the opening of the company in New York in 1871. However, it was the Panic of 1878 which undermined Jay Cooke & Co and shifted the power to Drexel. The New York office began to rise and with Drexel’s death, Morgan became most famous by bailing out the US Treasury in 1895.

What is most interesting is that the shift from Wall Street in New York to Miami is underway. Goldman Sachs was moving its most profitable operation to Florida and so many others are now starting to follow. The lockdowns have wiped out jobs and small businesses. But it has also wiped out the need for offices. Our model is projecting the by sheet volume, the shift from New York to Florida is underway and Florida may exceed that of New York altogether by 2025/2026 (1878 + 147.92).