Alors que la pression monte pour aller se faire vacciner. Stephanie Seneff, chercheuse senior au MIT appelle à la prudence.Le blog de Liliane Held-Khawam

Le blog de Liliane Held-Khawam

« Après avoir usé et abusé d’un faux libéralisme, la réorganisation sociétale semble promettre de ressusciter le modèle soviétique, au profit de privés cette fois. » Coup d’Etat planétaire

Menu

Aller au contenu principal

par LHK

Alors que la pression monte pour aller se faire vacciner. Stephanie Seneff, chercheuse senior au MIT appelle à la prudence. Vidéo

Stéphanie Seneff est Senior Research Scientist au MIT Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory. https://www.csail.mit.edu/person/stephanie-seneff

Trois supports d’information me sont parvenus en l’espace de quelques heures: 2 vidéos et un message facebook.

1.- Vidéo de Stéphanie Seneff

Stéphanie Seneff, une chercheuse du MIT commente dans une vidéo-interview les résultats de recherche qu’elle a co-publiés dans l’International Journal of Vaccine Theory, Practice, and Research. La scientifique les a publiés avec le Dr Greg Nigh sous le titre: « Pire que la maladie ? Examen de certaines conséquences imprévues possibles des vaccins à ARNm contre le COVID-19 ». Ses arguments méritent d’être connus, histoire de contrebalancer ce qui ressemble à une propagande massive pour aller se faire injecter le vaccin.worse-than-the-disease.-consequences-of-the-mrna-vaccines-against-covid-19Télécharger

« Nous allons au-devant d’une grosse surprise ».

Dr Stephanie Seneff

2.- Vidéo-interview de Christian Vélot (voir à partir de 1:06)

La vidéo de Mme Seneff que j’ai reçue ce jour m’en rappelle une autre, reçue la veille, dans laquelle le généticien Christian Vélot demande à ce que l’on ne fasse pas un remède pire que le mal… Comme quoi M Vélot rejoint finalement Mme Seneff. https://www.youtube.com/embed/nLyP03Iq4-4?version=3&rel=1&showsearch=0&showinfo=1&iv_load_policy=1&fs=1&hl=fr&autohide=2&wmode=transparent A écouter à partir de 1:06

3.- Message Facebook qui annonce l’effet secondaire du vaccin sur un jeune homme de 19 ans en pleine santé.

Et je reçois à l’instant ce message d’un membre du réseau de ce site qui a écrit ceci sur sa page Facebook:

Publié avec l’accord des personnes concernées.

Quelques infos complémentaires:

Et voici un lien que tout un chacun peut consulter et qui collecte les effets secondaires des vaccins sur la population américaine. https://www.openvaers.com/covid-data?fbclid=IwAR2Y4MEhLyrc51TuriKMMfxdQAdpRFgD6mAVvgKkADQrhrAKWUShWZ_yQ2U

Ici un article du jour sur le gonflement de ganglions qui perturbe les examens radiologiques. https://www.20min.ch/fr/story/le-vaccin-donne-du-fil-a-retordre-aux-radiologues-628755194472?fbclid=IwAR3IwrQzNnBuObk2QhwsnW5f_fZ_2OXMLGbxTeUiQP56KW7eI38Z67Jqn04

https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/malone?fbclid=IwAR1Zbmog3MjKraXpIUSc4FAqY4dYetGP_AQIKReyST11pq4Om4rI4cGzTt4

Bref, l’appel à la prudence est requis.

Résumé de la publication scientifique de Mme Seneff:

L’opération Warp Speed ​​a mis sur le marché aux États-Unis deux vaccins à ARNm, produits par Pfizer et Moderna. Les données intermédiaires suggèrent une efficacité élevée pour ces deux vaccins, ce qui a contribué à légitimer l’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) par la FDA.

Cependant, le mouvement exceptionnellement rapide de ces vaccins à travers des essais contrôlés et vers un déploiement de masse soulève de multiples problèmes de sécurité.

Dans cette revue, nous décrivons d’abord en détail la technologie sous-jacente à ces vaccins. Nous examinons ensuite les deux composants et la réponse biologique prévue à ces vaccins, y compris la production de la protéine de pointe elle-même, et leur relation potentielle avec un large éventail de pathologies induites à la fois aiguës et à long terme, telles que les troubles sanguins, les maladies neurodégénératives et les maladies auto-immunes. maladies. Parmi ces pathologies potentielles induites, nous discutons de la pertinence des séquences d’acides aminés liées à la protéine prion au sein de la protéine de pointe.

Nous présentons également une brève revue des études soutenant le potentiel de « délestage » de la protéine de pointe, la transmission de la protéine d’une personne vaccinée à une personne non vaccinée, entraînant des symptômes induits chez cette dernière.

Nous terminons en abordant un point de débat commun, à savoir : si ces vaccins pourraient ou non modifier l’ADN des personnes vaccinées. Bien qu’il n’y ait aucune étude démontrant définitivement que cela se produit, nous proposons un scénario plausible, soutenu par des voies précédemment établies pour la transformation et le transport du matériel génétique, dans lequel l’ARNm injecté pourrait finalement être incorporé dans l’ADN des cellules germinales pour la transmission transgénérationnelle.

Nous concluons avec nos recommandations concernant la surveillance qui aideront à clarifier les effets à long terme de ces médicaments expérimentaux et nous permettront de mieux évaluer le véritable rapport risque/bénéfice de ces nouvelles technologies.

https://ijvtpr.com/index.php/IJVTPR/article/view/23/51

Conclusion de la publication scientifique

Les vaccins expérimentaux à ARNm ont été annoncés comme ayant le potentiel de grands avantages, mais ils recèlent également la possibilité de conséquences imprévues potentiellement tragiques et même catastrophiques.

Les vaccins à ARNm contre le SRAS-CoV-2 ont été mis en œuvre en grande pompe, mais de nombreux aspects de leur utilisation généralisée méritent d’être préoccupants. Nous avons passé en revue certaines de ces préoccupations ici, mais pas toutes, et nous tenons à souligner que ces préoccupations sont potentiellement graves et pourraient ne pas être évidentes avant des années ou même transgénérationnelles.

Afin d’exclure de manière adéquate les potentialités indésirables décrites dans cet article, nous recommandons, au minimum, que les pratiques de recherche et de surveillance suivantes soient adoptées : 

  • Un effort national pour collecter des données détaillées sur les événements indésirables associés aux vaccins à ARNm avec un financement abondant l’allocation, suivi bien au-delà des deux premières semaines après la vaccination.
  • Tests répétés d’auto-anticorps de la population vaccinée. Les auto-anticorps testés pourraient être standardisés et devraient être basés sur des anticorps et des auto-anticorps précédemment documentés potentiellement induits par la protéine de pointe. Ceux-ci incluent des auto-anticorps contre les phospholipides, le collagène, l’actine, la thyroperoxydase (TPO), la protéine basique de la myéline, la transglutaminase tissulaire et peut-être d’autres.
  • Profilage immunologique lié à l’équilibre des cytokines et aux effets biologiques associés. Les tests doivent inclure, au minimum, l’IL-6, l’INF-α, les D-dimères, le fibrinogène et la protéine C réactive.
  • Des études comparant les populations qui ont été vaccinées avec les vaccins à ARNm et celles qui n’ont pas confirmé la diminution attendue de l’infection taux et des symptômes plus légers du groupe vacciné, tout en comparant les taux de diverses maladies auto-immunes et maladies à prions dans les deux mêmes populations.
  • Des études pour évaluer s’il est possible pour une personne non vaccinée d’acquérir des formes spécifiques au vaccin du pic protéines d’une personne vaccinée à proximité.
  • Études in vitro pour évaluer si les nanoparticules d’ARNm peuvent être absorbées par le sperme et converties en plasmides d’ADNc. International Journal of Vaccine Theory, Practice, and Research2(1), 10 mai 2021 Page | 68
  • Études animales pour déterminer si la vaccination peu de temps avant la conception peut entraîner des descendants porteurs de plasmides codant pour la protéine de pointe dans leurs tissus, éventuellement intégrés dans leur génome.
  • Études in vitro visant à mieux comprendre la toxicité de la protéine de pointe pour le cerveau, cœur, testicules, etc.

La politique publique autour de la vaccination de masse partait généralement de l’hypothèse que le rapport risque/bénéfice pour les nouveaux vaccins à ARNm est un « slam dunk ». Alors que la campagne de vaccination massive est bien engagée en réponse à l’urgence internationale déclarée de COVID-19, nous nous sommes précipités dans des expériences de vaccins à l’échelle mondiale. À tout le moins, nous devrions tirer parti des données disponibles à partir de ces expériences pour en savoir plus sur cette nouvelle technologie non testée auparavant.

Et, à l’avenir, nous exhortons les gouvernements à faire preuve de plus de prudence face aux nouvelles biotechnologies. Enfin, suggestion évidente mais tragiquement ignorée, le gouvernement devrait également encourager la population à prendre des mesures sûres et abordables pour renforcer naturellement son système immunitaire , comme sortir au soleil pour augmenter les niveaux de vitamine D (Ali, 2020) et manger principalement des aliments entiers biologiques plutôt que des aliments transformés chargés de produits chimiques (Rico-Campà et al., 2019).

En outre, la consommation d’aliments qui sont de bonnes sources de vitamine A, de vitamine C et de vitamine K2 doit être encouragée, car les carences en ces vitamines sont liées aux mauvais résultats du COVID-19 (Goddek, 2020 ; Sarohan, 2020).

Extraits d’un article de la RAIR Foundation

« Le background du Dr Seneff l’a amené à s’intéresser aux vaccins, fortement promus, contre le Covid-19. Ces vaccins utilisent une nouvelle technologie d’ARNm et leurs effets à long terme restent inconnus. Cependant, il existe suffisamment d’informations scientifiques publiées pour expliquer certains des mécanismes à l’origine des effets indésirables que ces vaccins ont actuellement et ce qu’ils pourraient provoquer dans les années et les décennies à venir.

Elle anticipe une augmentation des maladies auto-immunes et neurodégénératives, qui mettent 10 à 15 ans à se manifester.

RAIR Foundation USA

Quelques points majeurs de l’interview

  • Le Dr Seneff « anticipe qu’il y aura des dommages à long terme qui ne seront pas instantanément liés au vaccin. Des évolutions, comme une augmentation des maladies auto-immunes et neurodégénératives, qui peuvent prendre 10 à 15 ans avant de se manifester.
  • « Nous allons avoir une grosse surprise sur la route », prédit-elle.
  • Le Dr Seneff pense que le vaccin exacerberait les symptômes des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.
  • Ceux qui ont prétendu que l’ARNm n’aurait pas d’impact sur l’ADN ont « tort ». La protéine de pointe « est vraiment devenue la partie la plus toxique du virus » et existe lorsque Covid est parti.
  • « Parmi les possibilités qu’elle prévoit, il y a une augmentation de la maladie de Creutzfeldt-Jacob (MCJ), une maladie à prions (ou maladie du repliement des protéines) comparable à la maladie de la vache folle.
  • « Il y a une épidémie de maladie d’Alzheimer, que les gens attrapent à un âge de plus en plus jeune. La mise en œuvre imprudente et désordonnée du déploiement du vaccin contribuera à cette tendance. »

Extraits de l’interview

Ainsi, le vaccin transforme votre corps en une usine qui fabrique la protéine ?

C’est exact. Le virus corona pourrait être décrit comme une orange couverte de clous de girofle. La protéine de pointe est la partie la plus dangereuse du virus. Cela devient très clair. Beaucoup de gens font des études, où ils n’utilisent que la protéine de pointe et peuvent trouver des lésions cérébrales. Greg et moi venons de découvrir cette étude à laquelle nous n’avons pas fait référence dans notre article. C’est peut-être trop nouveau, mais c’est un article fascinant rédigé par des Indiens. C’est une étude in vitro où ils montrent que si vous exposez des cellules humaines en culture à l’ARN de la protéine de pointe, elles fabriqueront une protéine de pointe, elles l’expédieront dans des exosomes. Et puis si vous exposez les cellules immunitaires du cerveau dans une autre étude in vitro à ces exosomes, elles deviennent neurodégénératives. Lorsque ces exosomes se dirigent vers le cerveau, les cellules immunitaires du cerveau appelées microglies les absorbent et provoquent une inflammation cérébrale, des lésions cérébrales et des maladies neurodégénératives. Fondamentalement, ils font très mal au cerveau. J’ai l’impression que les vaccins provquent un coup direct sur le cerveau.

Nous avons donc transformé le corps en une usine de fabrication d’une protéine qui, à toutes fins utiles, est un prion ?

Oui, et pire que cela, ils ont en fait repensé la protéine pour la rendre plus semblable à un prion qu’elle ne l’est normalement.

Parce qu’ils ont modifié la structure de la protéine pour lui donner une paire de prolines côte à côte. Deux prolines. Ils ont modifié la conception de la protéine de pointe pour le vaccin de telle sorte qu’elle ne puisse pas pénétrer dans la membrane. Alors ils voulaient que ça reste. Donc, fondamentalement, la protéine est fabriquée par ces cellules sous les instructions du vaccin, puis elle est libérée et exposée sur leur membrane. Il se fixe aux récepteurs ACE-2. Et puis il doit être exposé aux cellules immunitaires pour qu’elles puissent fabriquer leurs anticorps. Le but est de faire collaborer ces cellules entre elles et une cellule expose (la protéine), une autre fabrique les anticorps. Et ils pensaient que c’était une très bonne idée de ne pas le laisser entrer dans la membrane, car alors il s’exposerait. Il y a une partie critique qu’il veut que les anticorps puissent voir. Et ils ont sali avec la protéine afin qu’elle ne puisse pas se mettre en place et entrer dans la membrane.

Donc, il reste collé aux récepteurs ACE-2, ce qui, à mon avis, est vraiment, vraiment mauvais, car il les supprime. De nombreux articles ont montré que la protéine de pointe supprime les récepteurs ACE-2. Et cela cause beaucoup de ces autres symptômes que nous voyons, des problèmes cardiaques et sanguins, une thrombose, une perte de plaquettes. Toutes ces choses se produisent en réponse à cet arrêt du récepteur ACE-2.

Vous dites donc que nous ne savons même pas si notre corps cessera de fabriquer cette toxine.

Je n’ai pas pu trouver d’informations sur la durée exacte de cette opération. J’ai trouvé un article qui disait que cela pouvait durer jusqu’à six mois. Je pense que cela pourrait être pour toujours dans le cas où il se transforme en ADN et c’est une autre chose dont nous avons discuté dans notre article.

Toute la machinerie est là pour prendre l’ARN de la protéine de pointe et le convertir en ADN, produire des plasmides d’ADN. Les petits plasmides contiennent cet ADN et sont capables de se reproduire. Et ensuite infecter les cellules de la moelle osseuse, les cellules souches précurseurs. Infectez-les avec cela et ils seront capables de fabriquer des protéines de pointe pour le reste de la vie de la personne. Il y a tout un mécanisme qui pourrait rendre cela possible. Pour quelqu’un qui est déjà malade, par exemple, les cellules cancéreuses produisent beaucoup de cette enzyme qui peut convertir l’ARN en ADN. Les cellules immunitaires le font aussi, sous stress. Ainsi, les cellules immunitaires de la rate soumises à un stress pourraient prédire qu’elles réguleraient à la hausse les enzymes qui convertissent l’ARN en ADN.

Vous obtenez l’ADN, puis vous obtenez ces plasmides qui sont un peu comme des exosomes. Ce sont de petites choses à membrane lipidique qui emballent l’ADN. Mais alors, les plasmides peuvent également pénétrer dans l’ADN du noyau et devenir une partie permanente du génome humain. Ce n’est pas au-delà du domaine du possible. L’un des arguments de vente originaux pour le vaccin était qu’il ne pourrait pas pénétrer dans le noyau et n’entrerait pas dans votre ADN. Ils ont tort.

Je peux vous montrer l’étude qui montre que les spermatozoïdes absorbent l’ARN messager étranger, le convertissent en ADN, le mettent dans des plasmides, libèrent ces plasmides autour de l’ovule fécondé. L’œuf fécondé prend ces plasmides et peut les transporter tout au long de la vie de cette personne et les transmettre à la génération suivante.

Il y a un papier qui parle de tout ça. Sans parler de la pointe protéine, sans parler de ces vaccins qui n’existaient même pas à l’époque. Cela pourrait être très, très mauvais. Cela pourrait vous tuer. En fait, des gens meurent. Même les adolescents meurent d’insuffisance cardiaque.

Vous avez mentionné à plusieurs reprises l’excrétion. Je pense que c’est un sujet très important. Le Dr Roger Hodkinson disait qu’il y aurait une courbe en cloche. Du milieu de la courbe en cloche au côté droit, il y aurait des personnes qui produiraient plus de protéines de pointe que leurs systèmes ne pourraient en éponger. Ainsi, ces personnes le rejetteraient dans leur souffle et leur sueur et cela pourrait présenter un risque pour les personnes à proximité pendant une longue période de temps. Diriez-vous que c’est exact?

Je dirais que c’est tout à fait exact. Et plausible. Nous avons écrit quelque chose à ce sujet. Lors de l’examen du troisième tour, le dernier examinateur qui a suggéré de parler des prions. Et c’est à ce moment-là que nous avons réalisé que ces exosomes sont vraiment cruciaux. Les exosomes ont été un grand sujet récemment. Ce n’était pas quelque chose dont les chercheurs en biologie étaient aussi conscients dans le passé. Mais en ce moment, ils sont vraiment excités à leur sujet.

Et ils conçoivent en fait des vaccins Covid-19 basés sur des exosomes. Ils proposent d’utiliser les exosomes comme forme de vaccination. Ce qui est incroyable parce que c’est la dernière étape de ce qui se passe avec ces cellules immunitaires. Quand ils sont dans cette rate et qu’ils fabriquent furieusement la protéine de pointe, c’est très toxique pour cette cellule et elle essaie de survivre, alors ça dit « Je dois me débarrasser de ce truc », alors ça pousse tous ces petites boulettes dans la circulation.

Et ils vont dans tout le corps. Ils vont le long du nerf vague jusqu’au cerveau et y causent toutes sortes de problèmes. Mais ensuite, ils sortent directement par le… Je pense qu’ils se retrouvent dans le lait maternel. Il y avait en fait un nourrisson qui est mort d’une thrombose suite à l’allaitement de sa mère qui avait été vaccinée. J’ai été surpris mais cela a du sens parce que ces exosomes sortaient par les poumons, par la peau par la sueur.

Leur corps essaie de se débarrasser de cette chose toxique à laquelle il fait face. Et la façon de le faire est de s’en débarrasser. Donc, quelqu’un à proximité pourrait le ramasser par contact avec la peau ou par inhalation. Je pense qu’ils pourraient facilement l’obtenir.

J’ai entendu des gens dire : « J’ai traîné avec ma grand-mère qui était vaccinée et je suis tombée malade. Mes règles se sont gâtées et tout d’un coup, j’ai eu des règles très abondantes. J’ai toujours été très régulier. Je recevais des histoires comme ça. Au début, c’était comme si c’était vraiment fou, mais c’est une explication parfaitement correcte basée sur ces exosomes.

Vous dites que ce n’est pas un effet petit ou subtil. Quel type de contact ou quelle quantité de contact est sans danger pour les personnes vaccinées ou non ?

Comment savez-vous? Je ne peux pas vraiment dire. J’ai été vraiment très surpris. Et ce n’est pas seulement une ou deux personnes. Bien sûr, je le surveille, mais je vois beaucoup d’histoires sur le web. Greg et moi avons parlé à deux ou trois femmes qui ont connu des irrégularités menstruelles en fréquentant des personnes qui avaient été vaccinées. C’est un mécanisme tout à fait plausible basé sur ces exosomes qui est la chose dont j’ai le plus peur à ce stade. La personne qui distribue la protéine de pointe dans tout le corps essaie simplement de les amener ailleurs parce qu’elles sont si dangereuses et c’est ainsi que cela affecte le cerveau et perturbe également le sang. C’est juste un cauchemar. Cette protéine de pointe est vraiment devenue la partie la plus toxique du virus. Et même les personnes qui se sont remises du Covid et qui ont un « long Covid » ou un « long-courrier Covid » avec beaucoup de symptômes neurologiques et beaucoup de problèmes cérébraux. Des articles à ce sujet ont montré qu’ils ne sont plus infectés. Le virus est parti. Mais la protéine de pointe est toujours là, et la protéine de pointe est ce qui cause les dommages.

Je dois creuser au sujet de cette chose d’aimant. Je ne crois pas qu’il s’agisse d’un traumatisme au site d’injection, car il n’y a tout simplement pas assez de fer dans le sang pour maintenir un aimant sur le bras de quelqu’un qui se tient debout. Il y a beaucoup d’articles qui indiquent qu’il y a des recherches qui remontent à longtemps. Il semble qu’ils utilisent des nanoparticules magnétiques.

Et il y a cette ferritine. Il existe une forme spéciale de ferritine. J’ai parcouru cette littérature. C’est assez choquant. Il existe en fait de la littérature à ce sujet afin d’améliorer l’effet de ces choses. Vous ne pouvez pas croire qu’ils feraient cela sans dire ce qu’ils font.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s