BigPharma veut contrôler la santé publique-Le blog de Liliane Held-Khawam.

Le blog de Liliane Held-Khawam

« Après avoir usé et abusé d’un faux libéralisme, la réorganisation sociétale semble promettre de ressusciter le modèle soviétique, au profit de privés cette fois. » Coup d’Etat planétaire

Menu

Aller au contenu principal

par LHK

BigPharma veut contrôler la santé publique.

Durant un an, Jürg Stahl (à g.) et Ivo Bischofberger présideront respectivement le National et le Conseil des Etats

« Le verrouillage de la démocratie est tel qu’en Suisse, les deux chambres fédérales ont été, à un moment, présidées simultanément par deux responsables de la même compagnie d’assurance. «Cette accointance des nouveaux présidents avec le Groupe Mutuel fait jaser à Berne. Le conseiller national Jürg Stahl (UDC/ZH) – premier citoyen du pays – appartient à la direction de ce géant de l’assurance-maladie, alors qu’Ivo Bischofberger (PDC/AI), désormais à la tête du Conseil des Etats, a un mandat de membre consultatif. Tous deux siègent en commission de la santé. «Une caricature de l’importance du lobbyisme des caisses au parlement», réagit Daniel Brélaz (Les Verts/VD). «Un bon reflet de la façon dont se passent les choses ici», ajoute Liliane Maury Pasquier (PS/GE)[1]. »
A Bruxelles, une puissante présence, organisée de manière systémique et en réseaux, infiltre les arcanes du pouvoir. En 2014, on comptabilisait 120 millions d’euros annuels, recensés par Corporate Europe Observatory pour un effectif de 1’700 collaborateurs. Sans surprise, les JP Morgan, Goldman Sachs et autres Citigroup y sont représentés. A relever la forte présence britannique qui s’élève à 140 lobbies sur les 700 recensés[2].
Parler du lobbying à Bruxelles nous oblige à parler de Business Europe, le plus puissant lobby de Bruxelles. Mastodonte du lobbying, cette organisation qui regroupe entre autres Bayer, BMW, Google, Microsoft, Shell, ou Total a tenu 170 réunions de lobbying avec l’élite de la Commission (commissaires, proches collaborateurs, hauts fonctionnaires) entre décembre 2014 et novembre 2017. Il faut dire qu’il revient à la Commission européenne -entité non élue qui relève du RC- de rédiger les projets législatifs, de veiller à leur mise en œuvre et d’établir l’agenda politique de l’UE. »
EXTRAIT Coup d’Etat planétaire, 2019

[1] “Le Groupe Mutuel se hisse au sommet du parlement », TDG
[2] « Comment le lobby financier pèse sur Bruxelles », Le Monde, Avril 2014

Avant de vous laisser avec ce papier du Guardian, je tiens à préciser que l’argent pléthorique de Planète finance transite par des lobbys très puissants de Big Pharma. Pourquoi? Parce que la plus grande richesse tangible de la planète est l’humanité. Prendre le contrôle de la santé de celle-ci revient à se l’approprier pour le meilleur et pour le pire.

L’humain est la dernière cible que Planète finance voudra acquérir.

Et ce que ces gens pensent de votre santé est résumé dans une publicité que mon ami Slobodan Despot a découverte. Cette publicité montre comment la santé n’est rien d’autre qu’une source supplémentaire de gains. https://www.youtube.com/embed/HxX8S5pzarU?version=3&rel=1&showsearch=0&showinfo=1&iv_load_policy=1&fs=1&hl=fr&autohide=2&wmode=transparent Aller à 4minutes pour voir le marketing obscène de Swissquote. Au fait l’Antipresse de Slobodan Despot a été censurée. Le serveur a bloqué les envois du jour.

Eh bien, pour arriver à mettre la main sur la santé de l’humanité, il faut corrompre là où cela peut se révéler fructueux: les tenants des allées publiques du domaine.

La corruption bat son plein, mais finalement rien ne changera. Les Etats sont ruinés. Ils ne peuvent plus défendre votre intérêt.

Alors pensez à ces quelques mots avant de consommer les produits de BigPharma…

LHK

Des firmes pharmaceutiques accordent un financement «caché» aux députés, selon une étude. The Guardian

Les sociétés pharmaceutiques donnent à des groupes de députés et de pairs qui font campagne sur les problèmes de santé des centaines de milliers de livres par an en financement « caché » qui pourrait leur donner une « influence indue », a révélé la recherche.

L’industrie pharmaceutique a construit un «réseau caché d’influence politique» sur des dizaines de groupes parlementaires multipartites (APPG) à Westminster en leur versant des centaines de paiements «non transparents», dans le cadre d’un effort plus large de l’industrie pour faire pression sur ces au pouvoir, affirment les chercheurs.

Les résultats soulèvent des questions sur l’indépendance des APPG, les groupes multipartites volontaires d’intérêts spéciaux de membres des deux chambres du Parlement qui cherchent à influencer les ministres et les ministères par le biais de rapports, d’enquêtes et de réunions à Westminster.

Cinquante-huit APPG axés sur différents aspects de la santé ont reçu 468 paiements totalisant un peu moins de 2,2 millions de livres sterling en financement direct et indirect de sociétés pharmaceutiques entre 2012 et 2018, ont constaté des universitaires de l’Université de Bath. Les APPG ne reçoivent pas d’argent du parlement pour soutenir leurs activités, qui impliquent souvent que les ministres soient interrogés et reçoivent des rapports.

« Dans le contexte des APPG liés à la santé, les paiements de l’industrie pharmaceutique représentent des conflits d’intérêts institutionnels car ils créent des circonstances où l’intérêt principal, l’élaboration de politiques dans l’intérêt de la santé publique, risque d’être indûment influencé par l’intérêt secondaire, le l’objectif de l’industrie pharmaceutique de maximiser les profits », concluent les auteurs, dans un article publié jeudi soir dans la revue médicale PLOS One.

Selon Emily Rickard et le Dr Piotr Ozieranski, du Département des sciences sociales et politiques de l’Université de Bath, les sociétés pharmaceutiques peuvent utiliser leur relation étroite avec les APPG pour contribuer à leurs enquêtes, plaider en faveur de politiques qui favorisent leurs intérêts commerciaux et que cela se reflète dans des rapports, le tout sans que le public ne soit au courant de ces liens

Ils ont découvert la longue histoire du financement en examinant le registre parlementaire des APPG et les rapports de divulgation des paiements des sociétés pharmaceutiques. Les deux sources contiennent des informations sur le financement des APPG par les grandes sociétés pharmaceutiques, ainsi que sur son financement des organismes de bienfaisance dans le domaine de la santé, qui font souvent office de secrétariat pour les APPG. Mais les détails donnés étaient souvent vagues, incomplets et difficiles à comprendre, ont déclaré les auteurs.

Cette étude relève que:

  • 16 APPG liés à la santé ont reçu 168 paiements de 35 sociétés pharmaceutiques d’une valeur de 1,2 million de livres sterling en 2012-18 – un sixième de leur financement total
  • Deux APPG, sur la santé et le cancer, ont accepté plus de 600 000 £ au cours de cette période
  • 50 APPG axés sur la santé ont reçu près d’un million de livres sterling supplémentaires en 304 paiements d’organisations de patients ou d’organisations caritatives pour la santé, qui reçoivent elles-mêmes des sommes d’argent des grandes sociétés pharmaceutiques

«Nous n’attaquons aucun APPG ou n’alléguons aucune irrégularité. Cependant, il y a un dilemme. Les APPG sont un élément clé de l’élaboration des politiques et il est clair que l’argent des entreprises entre dans le flux du sang des APPG », ont déclaré Rickard et Ozieranski au Guardian.

« Quelque chose doit être fait pour atténuer l’influence potentielle que les citoyens normaux ou les ONG ne seront pas en mesure d’exercer. »

Les révélations ont conduit à des appels à une plus grande ouverture sur la provenance du financement de l’APPG.

« Les APPG ont un rôle important à jouer pour obliger le gouvernement à rendre des comptes et à façonner les politiques en rassemblant des voix de tous les horizons politiques et d’un éventail de parties prenantes », a déclaré le Dr John Chisholm, président du comité d’éthique médicale de la British Medical Association.

« Cependant, il est d’une importance vitale qu’il y ait une transparence totale sur qui est derrière ces groupes et ce qui motive leurs appels au changement. Ceci est particulièrement important pour le développement de la politique de santé, qui doit être fondée sur le principe d’amélioration de la santé de la population, et ne pas risquer d’être influencé par d’autres conflits d’intérêts »..

Justin Madders, un ministre de l’ombre de la Santé, a déclaré : « Il est extrêmement préoccupant que les grandes sociétés pharmaceutiques et d’autres intérêts particuliers utilisent la couverture de ces groupes, qui ont été créés avec les meilleures intentions, pour contourner les règles normales de probité et de transparence.

« Il est nécessaire de définir des règles plus claires sur le financement et les conflits d’intérêts pour garantir que les problèmes de santé importants ne soient pas utilisés comme un moyen de pousser des intérêts privés. »

Mais Lord Hunt of Kings Heath, un pair travailliste et trésorier du groupe parlementaire multipartite sur la santé , a rétorqué que le manque de financement des APPG par le Parlement les laissait dépendants d’organisations externes.

« Les APPG ont besoin de beaucoup de soutien pour fonctionner efficacement. Il n’y a pas de financement disponible, il est donc inévitable que des organisations extérieures soient invitées à financer », a-t-il déclaré.

« Dans ces circonstances, il est impératif pour les parlementaires qui servent de fonctionnaires honoraires de s’assurer que les sponsors financiers n’influencent pas indûment le résultat du travail de l’APPG.

« C’est certainement le cas de l’APPG sur la santé, où les sponsors sont loin de nos décisions sur les programmes. »

Elliot Dunster de l’Association of the British Pharmaceutical Industry a déclaré : « Les APPG facilitent les discussions entre les députés, les pairs et les parties prenantes de manière ouverte et transparente. Un certain nombre de ces groupes sont soutenus par des organisations caritatives, des associations professionnelles et des entreprises pour effectuer des recherches, des rapports et des réunions.

« Il existe des directives parlementaires strictes sur les APPG et un registre complet – il n’y a pas de financement caché des sociétés pharmaceutiques pour les députés. »

Cet article a été modifié le 26 juin 2021 pour ajouter une déclaration de l’Association of the British Pharmaceutical Industry qui a été fournie après publication.

https://www.theguardian.com/business/2021/jun/25/drug-firms-giving-mps-hidden-funding-research-shows?CMP=Share_AndroidApp_Other

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s